40 millions de personnes dépendent de ce fleuve qui est en train de s’assécher

La forêt amazonienne est souvent prise en exemple pour montrer les effets du changement climatique. Le phénomène est également la cause d’une sécheresse sans précédent aux États-Unis.

Les climatosceptiques continuent de douter de l’origine anthropique du changement climatique. En revanche, ses effets deviennent de plus en plus graves. Cela est entre autres le cas en Amazonie. La forêt amazonienne était pendant des années un siphon à carbone. La déforestation massive et le changement climatique en ont fait aujourd’hui un gigantesque émetteur carbonique. En effet, l’Amazonie rejette davantage de gaz carbonique qu’elle n’en absorbe. Les conséquences ne concernent pas uniquement le continent sud-américain. Elles touchent également les États-Unis. Après la hausse inédite des températures, vient la crise des ressources !

L'image d'un désert
Image par Roger Sexton de Pixabay – image recadrée

Le Colorado, qui est l’une des plus importantes réserves d’eau américaines, continue de s’assécher. La situation est catastrophique pour près de 40 millions de personnes.

A lire aussi : Le Pakistan compte planter 10 milliards d’arbres pour lutter contre le changement climatique

Un niveau critique atteint par le dessèchement croissant

Construit dans les années 30, le barrage Hoover est une infrastructure massive du fleuve. Notons qu’il est à l’origine de la formation du lac Mead. En 2015, cet immense réservoir n’était rempli qu’à 40 % de sa capacité. Son niveau d’eau est descendu de 43 mètres en deux décennies. Malgré la mise en place de solutions pour économiser l’eau, rien ne semble en mesure de pouvoir stopper l’assèchement croissant du Colorado. Ce qui est une très mauvaise nouvelle pour les États qui en dépendent, entre autres, le Colorado, l’Utah, le Nouveau-Mexique, l’Arizona et la Californie.

L’industrie agroalimentaire est le secteur qui dépend le plus du Colorado. Elle utilise près de 70 % de l’eau du fleuve. Les parties concernées pourraient être invitées à réduire considérablement leur consommation d’eau afin d’éviter une pénurie. Une telle décision aurait cependant un impact majeur sur la production alimentaire et causerait un problème d’approvisionnement en nourriture.

L’accroissement de la population et l’expansion des grandes villes épuisent également les réserves d’eau. La combinaison de ces deux phénomènes amplifie la crise climatique et multiplie ensuite les besoins en eau. Depuis le début des années 90, la population dépendante du Colorado a augmenté d’environ une vingtaine de millions de personnes.

A lire aussi : L’histoire de l’arbre qui avait 16 millions d’années

Des coupures d’eau dès janvier 2022

Le Bureau of Reclamation est l’organisme fédéral qui est en charge de la gestion de l’exploitation des ressources en eau aux États-Unis. Ses prévisions sont très pessimistes. L’agence fédérale prévoit effectivement des coupures d’eau dès janvier prochain si le dessèchement continue.

La pénurie concernera surtout l’Arizona. Ce dernier pourrait se voir priver de 18 % de ses ressources hydriques. Au cas où la situation ne s’améliorerait pas l’année prochaine, le Bureau of Reclamation devra faire des choix drastiques.