5 endroits surréalistes se trouvant sur Terre

L’une des choses les plus impressionnantes avec les films de science-fiction, ce sont les environnements surréalistes présentés dans ces films. Vous vous rappelez sans doute de l’environnement de Pandora dans Avatar. Le plus surprenant c’est que très souvent ces lieux fantastiques sont inspirés d’endroits bien réels qui existent sur Terre.

Pandora de Avatar par exemple est inspiré des imposantes formations en colonnes de la forêt nationale de Zhangjiajie en Chine. Mais ce n’est pas le seul endroit surréaliste sur terre, voici 5 autres exemples.

Crédits Image Wikipédia

Spotted Lake, Canada

Paysage surréaliste par excellence, le Spotted Lake (« lac tacheté ») est un lac salé qui se trouve près d’Osoyoos, en Colombie-Britannique, au Canada. Ce lac unique en son genre a une apparence fascinante qui lui donne des allures extra-terrestres. Le Spotted Lake est le résultat d’un phénomène naturel très particulier. Il est constitué essentiellement de minéraux (en plus grande quantité par rapport à l’eau).

En été, lorsque l’eau s’évapore, les anneaux de minéraux blancs laissent apparaître de grandes «tâches» colorées qui prennent différentes couleurs en fonction de la composition minérale. En théorie, il est possible de traverser le lac à pied grâce aux passerelles naturelles formées par les anneaux de minéraux.

Crédits Photo Wikipédia

Salar d’Uyuni, Bolivie

Situé sur les hauts plateaux du sud-ouest de la Bolivie, le salar d’Uyuni est un salar (un désert de sel) qui s’étend sur une superficie de 10 582 km2. Ce qui en fait le plus vaste désert de sel du monde. Et autant dire que le site est digne d’un paysage de film de science-fiction. L’immense croûte de sel qui recouvre ce salar est le résultat de l’assèchement du lac préhistorique Tauca, 14 000 ans auparavant. Aujourd’hui le site abrite, en plus du gigantesque salar d’Uyuni, deux petits lacs (le lac Uru Uru et le lac Poopó), ainsi que le salar de Coipasa (un autre grand désert de sel).

En plus d’être très impressionnant, le salar d’Uyuni regorge également de lithium. Le site abriterait 5,5 millions de tonnes de lithium exploitables sur les 11 millions de tonnes que compte notre planète, selon l’estimation de l’United States Geological Survey. Cela équivaut à un tiers des réserves de lithium exploitables de la Terre.

Parc national de Tongariro, Nouvelle-Zélande

Voici un autre site surréaliste au décor de science-fiction qui se trouve cette fois en Nouvelle-Zélande. Il s’agit ni plus ni moins du quatrième parc national à avoir vu le jour au niveau mondial, et le premier parc national créé en Nouvelle-Zélande : le parc national de Tongariro. Ses paysages impressionnants ont servi au tournage de la trilogie du Seigneur des Anneaux. Le parc s’étend sur une superficie d’environ 795,98 km2 et compte de nombreux sommets, dont plusieurs sont sacrés pour les Māori.

Le parc national de Tongariro est connu pour abriter les volcans Tongariro, Ngauruhoe et Ruapehu, ainsi que le lac bleu et le lac d’émeraude qui se trouvent à proximité des sommets. Ce site incroyable est classé patrimoine mondial  par l’UNESCO.

Désert de Danakil, Éthiopie

Situé dans la Corne de l’Afrique, au sud de l’Érythrée et au nord-est de l’Éthiopie, le Danakil est un désert hors du commun qui a l’air d’être tout droit venu d’une autre planète. C’est le décor parfait pour un film de science-fiction tant il est difficile de croire qu’un tel paysage existe vraiment sur Terre. Le désert de Danakil abrite d’énormes gisements de sel qui constituent la principale ressource de la région. Des réserves quasi inépuisables qui par endroits se présentent sous la forme de dépôts de sel pouvant atteindre les 2 000 mètres d’épaisseur.

Si le désert de Danakil est une région très aride, on y trouve cependant de nombreux animaux emblématiques comme l’âne sauvage d’Afrique, la gazelle de Soemmering ou encore le zèbre de Grévy.

Monts Oural, Russie

Notre dernier exemple de lieu surréaliste sur Terre, et non pas des moindres, est l’Oural, ou les monts Oural, en Russie. Cette impressionnante chaîne de montagnes s’étend des steppes du Kazakhstan au sud jusqu’à la mer de Kara au nord, sur plus de 2 000 km. La création de ce paysage “extra-terrestre” remonte à 250 à 300 millions d’années. Le site est très riche en minerais, en particulier en minerais de fer. Au 18e siècle l’Oural a ainsi vu naître une importante industrie métallurgique créée par les Russes venus de l’ouest qui y ont construit de nombreux centres urbains.

Aujourd’hui, les gisements de fer les plus riches de l’Oural se sont épuisés, rendant la région beaucoup moins attrayante pour les industrielles. Mais ses reliefs souvent fortement érodés, culminant à une altitude de 1 894 mètres, continuent d’émerveiller le monde.