5 personnes qui ont survécu à de très graves accidents

Les accidents arrivent toujours lorsqu’on s’y attend le moins, qu’ils soient mineurs ou plus graves. Dans ce dernier cas, on peut malheureusement finir handicapé à vie ou même pire.

Toutefois, dans certains cas très rares, il y en a qui réussissent à survivre à des situations que l’on pourrait qualifier d’impossibles, mais surtout, qui finissent par se rétablir complètement. C’est le cas des 5 personnes suivantes.

Crédits Pixabay

Un passager clandestin de 15 ans

En avril 2014, un adolescent de 15 ans du nom de Yahya Abdi et originaire de Santa Clara en Californie a failli perdre la vie après avoir fui son domicile. Le jeune Yahya voulait rejoindre sa mère qui était dans un camp de réfugiés en Ethiopie, et a ainsi décidé de prendre l’avion, mais pas de façon normale. Yahya a en effet sauté par-dessus la clôture de l’Aéroport International de Mineta San Jose et a réussi à atteindre un avion après avoir attendu pendant six heures. Il a grimpé le long du train d’atterrissage d’un Boeing 767 d’Hawaii Airlines et a attendu le décollage.

Il s’est évanoui au moment où l’appareil quittait la piste pour n’être retrouvé que plus de cinq heures plus tard.

Au cours du vol, l’avion a atteint une altitude de plus de 11 500 m et la température est descendue jusqu’à -62°C. Pourtant, le jeune garçon a survécu et n’a utilisé aucun appareil fournissant de l’oxygène.

Selon les experts médicaux, les températures très basses et la haute altitude ont mis le corps de l’adolescent dans un état d’animation suspendue, ce qui lui a permis de survivre pendant tout ce temps sans oxygène. A l’arrivée de l’avion à l’Aéroport de Kahului à Maui, Yahya Abdi a été retrouvé indemne mais a quand même été pris en charge par des médecins.

Des parachutes défectueux et des fourmis salvatrices

Toujours concernant des avions, mais cette fois-ci c’est l’histoire de Joan Murray, une parachutiste dont les parachutes défectueux ont failli lui coûter la vie. Le 25 septembre 1999, la parachutiste de 47 ans s’est rendue à Chester en Caroline du Sud pour une séance de skydiving.

C’est à environ 4400 m d’altitude qu’elle a sauté de l’avion, mais peu de temps après, elle a découvert que son parachute ne fonctionnait pas. Elle a ainsi décidé de se défaire du parachute défectueux pour enclencher le parachute de secours. Ce dernier s’est ouvert, mais un peu trop tard puisqu’elle était déjà à 213 m du sol.

Joan Murray a ainsi heurté le sol avec une vitesse de 128 km/h et est tombée sur une fourmilière remplie de fourmis de feu. L’on sait que les insectes ont eu le temps de la piquer 200 fois avant l’arrivée des secours. Toutefois, d’après les médecins, ce sont ces piqûres qui lui ont permis de survivre à la chute puisqu’elles ont stimulé son cœur. A l’hôpital, la femme est restée dans le coma pendant 2 semaines et a dû subir 20 opérations de chirurgie réparatrice ainsi que 17 transfusions sanguines. Elle a pu se lever après un séjour de 6 semaines à l’hôpital.

Prisonnière de la glace

Une autre aventurière du nom d’Anna Bagenholm a failli y laisser la vie en pratiquant son activité préférée. L’étudiante en chirurgie orthopédique a décidé d’aller skier dans les Montagnes Kjolen le 27 mai 1999 après avoir fini son travail. Elle était accompagnée de deux collègues et tout allait bien lorsque tout à coup, elle a perdu le contrôle de ses skis et s’est retrouvée dans un ruisseau gelé, submergée dans l’eau glacée, après que la glace ait cédé sous son poids.

Ses collègues ont essayé de la tirer de ce mauvais pas mais n’ont pas réussi. Ils ont alors appelé des secours, mais à leur arrivée, la skieuse était déjà restée sous l’eau glacée pendant plus de 80 minutes. La température de son corps était de 13,7°C et son cœur ne battait plus. Les secouristes l’ont emmenée d’urgence à l’hôpital universitaire où l’électrocardiogramme ne montrait plus qu’une complète ligne droite.

Malgré cela, le Dr Mads Gilbert ne s’est pas avoué vaincu et a refusé de la déclarer morte avant qu’elle ne soit réchauffée. Elle a ainsi été transportée dans une salle d’opération où 100 docteurs et infirmiers se sont relayés pendant neuf heures et ont finalement réussi à lui sauver la vie. Après avoir passé 35 jours sous respirateur, Bagenholm a fini par se réveiller mais était paralysée à partir du cou. Au final, elle a réussi à se rétablir et à retourner au travail au cours du mois d’octobre 1999.

Un acte héroïque

L’histoire suivante est celle d’Anthony Borges, un adolescent qui a utilisé son corps pour protéger ses camarades de classe. L’événement a eu lieu le 14 février 2018 dans le Lycée Marjory Stoneman Douglas. Un tireur a ouvert le feu dans l’école avec un fusil semi-automatique et a tué 17 étudiants et employés et a blessé 17 autres personnes. Parmi ces dernières, il y avait Anthony Borges qui avait 15 ans.

Le jeune Anthony a réussi à fermer la porte de leur salle de classe et l’a maintenue fermée au cours de la fusillade à l’aide de son corps. Il a alors reçu 5 balles mais a sauvé la vie de ses 20 camarades. Son état était critique puisque les balles avaient atteint ses poumons, ses jambes et son abdomen. Heureusement, l’adolescent s’est complètement rétabli après avoir passé 2 mois à l’hôpital et après avoir subi 13 opérations chirurgicales.

Pendu dans le vide pendant 20 minutes

On termine cette liste avec l’histoire de Tim Lancaster, un pilote de British Airways qui a failli tomber de son avion si ce n’est grâce à l’aide de ses collègues. Le 10 juin 1990, le vol 5390 de British Airways a décollé sans encombre de l’Aéroport de Birmingham. Mais lorsque l’appareil est arrivé à 7000 m d’altitude, il y a eu un bruit d’explosion au moment où le steward du nom de Nigel Ogden entrait dans le cockpit. Devant lui, il pouvait voir que 2 des 6 parebrises étaient brisés à cause d’une décompression explosive, mais surtout, que le pilote Tim Lancaster était en train d’être aspiré vers l’extérieur de l’avion.

Le steward s’est alors précipité pour retenir les jambes du pilote tandis qu’Alastair Atchison, le co-pilote, commençait un processus d’atterrissage d’urgence. L’avion a été autorisé à se poser à l’Aéroport de Southampton.

Au cours des 20 minutes qui ont suivi, Lancaster est resté pendu par ses jambes à l’extérieur de l’avion par la fenêtre brisée. Il s’est fracturé son bras droit et son poignet, et a souffert de gelures graves. De son côté, Ogden s’est déboité l’épaule et a été atteint au niveau des yeux. Il s’est aussi retrouvé avec des gelures sur son visage.

Selon les informations, le pare-brise venait d’être installé mais les boulons utilisés n’étaient pas adaptés. Ils n’ont pas résisté face à la différence de pression entre l’intérieur et l’extérieur. Cela a fini par briser la glace.