5 signes que vous devez quitter votre boulot

Au cours des derniers mois, à cause des changements apportés par la pandémie de Covid-19, les gens ont dû faire face à de nombreux facteurs de stress. Cela a eu des répercussions sur la manière dont certains perçoivent leur travail. Ainsi, beaucoup ont décidé de quitter leur emploi pour s’acquitter d’un nouveau rôle ou simplement pour se libérer d’un environnement trop contraignant.

Quitter son emploi n’est cependant pas une décision facile à prendre puisque rien ne peut garantir que l’on trouvera un poste avec de meilleures conditions, que ce soit en termes de salaire ou en ce qui concerne le cadre de travail. La question est donc de savoir quand est-ce qu’il faut penser à quitter son travail.

Crédits Pixabay

Les cinq signes suivants vous permettront peut-être de trouver la voie car ils peuvent vous indiquer qu’il est temps de passer à autre chose.

A lire aussi : Le nombre d’heures de travail nécessaires pour acheter un iPhone 13 par pays

Il y a un décalage culturel dans l’entreprise

Pour les personnes qui aiment avoir un équilibre entre vie professionnelle et vie privée, un décalage culturel au sein d’une entreprise ne doit pas être négligé. La culture d’une entreprise joue en effet un rôle important par rapport à l’engagement, la productivité, ou encore le bonheur.

Par exemple, si le patron n’arrête pas d’envoyer des e-mails tout au long de la journée, cela peut conduire à un burnout.  Il est essentiel que les travailleurs se sentent en sécurité et soutenus au travail. La façon dont les compagnies se sont occupées de leurs employés au cours de la pandémie est un des facteurs qui ont poussé ces derniers à partir ou à rester. Alors, si vous pensez que la société qui vous emploie ne vous apporte pas ce soutien, il est peut-être temps de partir.

A lire aussi : Deathloop PC : Arkane travaille sur les problèmes de performance

Des opportunités potentielles se montrent

Quand une personne n’est pas entièrement satisfaite de sa situation, elle commence à remarquer les autres opportunités potentielles.

Selon Foram Sheth, directrice du coaching et cofondatrice de la société de coaching Ama La Vida, votre objectif a changé lorsque vous commencez à remarquer des offres d’emploi sur LinkedIn et que vous ralentissez pour les regarder.

Dans ce cas, Sheth vous propose de vous poser la question suivante : « Si vous étiez au chômage et que votre emploi actuel vous soit proposé tel quel, l’accepteriez-vous ou continueriez-vous à chercher ? ».

Votre attitude au travail a changé

D’après Amy Gallo, spécialiste du lieu de travail et collaboratrice à Harvard business Review, si vous vous surprenez à être insatisfait des différents aspects de votre travail depuis des mois, par exemple ne pas aimer aller au travail ou encore vous sentir obligé de faire certaines tâches, sans conviction, c’est déjà un signe qu’il faut changer d’emploi.

Pour Sheth, des changements dans votre attitude et votre approche vis à vis du travail constituent un indicateur important montrant qu’il faudrait commencer à penser à autre chose. Cela pourrait se traduire par le fait que vous êtes toujours sur la défensive ou ne fournissez que des réponses brèves, rapides et ne contenant que peu d’informations. Il se pourrait aussi que vous n’ayez plus envie de vous donner à fond dans ce que vous faites et que vous ne vous présentiez plus aux réunions auxquelles vous aviez l’habitude d’assister.

Vous avez des problèmes avec votre patron

Dans une entreprise, tout le monde ne peut pas toujours être du même avis.  Avec son employeur, une divergence d’opinions ne devrait cependant pas aller au-delà d’un simple désaccord car sinon, le manque de confiance et le sentiment de ne pas être soutenu pourraient s’installer et avoir des répercussions sur la productivité et l’évolution de la carrière.

Si au travail, vous avez tout le temps l’impression d’être évalué ou réprimandé, si vous devez toujours surveiller ce que vous dites ou si vous ne ressentez aucun soutien de la part de votre supérieur, cela ne va pas fonctionner, a déclaré Sheth.

Pour Gallo, il est important de voir si votre patron est un cas isolé ou s’il agit en accord avec l’organisation de l’entreprise.

Vous procrastinez  constamment

Il peut nous arriver à tous de remettre certaines choses à plus tard de temps en temps. Par contre, c’est un tout autre problème quand cela devient une habitude dans l’accomplissement des tâches professionnelles, surtout si on avait auparavant l’habitude de planifier de manière appropriée.   

D’après Sheth, une personne qui procrastine a tendance à être réactive et attend toujours la dernière minute pour finir le travail. La qualité du travail ne constitue alors plus une préoccupation majeure puisque la personne finit la tâche uniquement pour ne pas avoir d’ennuis.