500.000 espèces d’insectes risquent de disparaître du fait de l’homme et de ses activités, disent les chercheurs

L’homme est responsable du changement climatique et de la disparition de la plupart des espèces animales. Les insectes ont d’ailleurs une place de choix dans cette spirale de la disparition.

En effet, 500 000 espèces d’insectes sont menacées de disparaître et cela ne pourra qu’affecter négativement l’humanité. Les scientifiques nous mettent ainsi en garde face aux conséquences désastreuses que cela pourrait avoir.

Crédits Pixabay

La dernière extinction de masse d’insectes semblable à celle que nous connaissons actuellement remonte à il y a 66 millions d’années, lorsqu’une météorite a frappé la Terre et a éradiqué la plupart des formes de vie. Mais cette fois-ci, c’est l’être humain qui en est la cause.

Les impacts de l’être humain et de ses activités sur la planète

Le biologiste au Musée finlandais d’histoire naturelle, Pedro Cardoso, a déclaré à l’AFP que les activités de l’homme sont les causes principales de l’extinction des insectes et de la dégradation de la planète. Allant de la destruction de leur milieu de vie à l’utilisation en masse d’insecticides pour l’agriculture, l’homme fait des ravages.

Le changement climatique dû à l’homme et sa pollution contribue également à ce désastre. Par ailleurs, plus de 2 000 espèces d’insectes font partie de l’alimentation de l’homme, et la surexploitation est aussi au rendez-vous. Depuis le début de l’ère industrielle, c’est-à-dire il y a un peu plus de deux siècles, 10 % des espèces d’insectes ont déjà disparu alors qu’il y en a encore tellement qui n’ont pas été identifiées.

Parmi les insectes qui sont menacés de disparaître, nous pouvons par exemple énumérer les fourmis, les papillons, les abeilles ou les mouches. Cardoso signale le fait que cela va bien plus loin que la simple disparition d’espèces, car certains insectes offrent des services vitaux qui ne peuvent être remplacés.

De gros impacts économiques sont aussi à prévoir

Cardoso met en avant le danger que représente cette extinction de masse. Il a d’ailleurs publié une étude à ce sujet expliquant que l’homme est encore loin d’imaginer l’impact réel de la disparition de ces 500. 000 espèces d’insectes. « Nous ne voyons que la partie émergée de l’iceberg » déclare-t-il.

Selon les estimations du panel scientifique des Nations Unies sur la biodiversité (IPBES) par exemple, le service de la pollinisation des insectes au niveau mondial coûterait au moins 235 à 577 milliards de dollars par an.

Par ailleurs, la survie de nombreux animaux dépend de l’existence de beaucoup d’insectes. Aux États-Unis et en Europe, nous pouvons remarquer une baisse considérable du nombre d’oiseaux suite à l’éradication d’insectes à coup de pesticides. La survie de l’homme dépend donc de la végétation, des animaux et des insectes, mais il ne cesse de les détruire.

Mots-clés biodiversité