500 millions d’abeilles sont mortes en trois mois au Brésil

Depuis plusieurs années, un nombre de décès excessifs d’abeilles a été enregistré au Brésil. Afin de trouver une explication à ce fléau, diverses hypothèses ont été avancées : maladie, parasite, changement climatique ou encore détérioration de l’habitat. Toutefois, la cause exacte du phénomène n’a pas encore été identifiée.

Plus récemment, durant les trois premiers mois de l’année 2019, une véritable hécatombe de ces insectes utiles a été constatée.

Crédits Pixabay

D’après les apiculteurs brésiliens, environ 400 millions d’abeilles sont mortes dans le Rio Grande do Sul, 7 millions à São Paulo, 50 millions à Santa Catarina, et 45 millions dans le Mato Grosso do Sul. Au total, approximativement 500 millions d’abeilles ont péri en l’espace de trois mois. Ces données ont été collectées de décembre 2018 à février 2019.

Des analyses effectuées sur les abeilles mortes ont révélé la présence de pesticides. Les experts pensent que cette hécatombe pourrait être le résultat du fait que le gouvernement local ait récemment autorisé l’utilisation de nouveaux pesticides dans les cultures.

Les pesticides sont pointés du doigt

Aldo Machado est vice-président de l’association apicole brésilienne Rio Grande do Sul. D’après son témoignage, tout a commencé par la mort inexpliquée de quelques abeilles de sa colonie. Après 48 heures, quelques dizaines de milliers d’abeilles sont tombées malades. « Dès que les abeilles en bonne santé ont commencé à débarrasser les ruches des abeilles mourantes, elles ont été contaminées. Ils ont commencé à mourir en masse », a-t-il expliqué à Bloomberg.

D’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’utilisation de pesticides au Brésil augmente d’année en année. En 2017, environ 500.000 tonnes de pesticides ont été versées dans les champs du pays. Depuis le début de l’année 2019, près de 300 nouveaux pesticides ont été ajoutés à la gamme déjà existante sur le marché brésilien.

Parmi les substances nocives retrouvées chez les abeilles mortes, il y a le fipronil. Il s’agit d’un ingrédient souvent utilisé à des fins vétérinaires, notamment pour lutter contre l’invasion des puces et des tiques. Depuis 2013, son utilisation est interdite dans l’Union européenne, car il présente une forte toxicité. Il est également classé parmi les carcinogènes humains possibles par l’Environmental Protection Agency des États-Unis.

Andreza Martinez est responsable de Sindiveg, un groupe qui représente des producteurs de pesticides. Elle a tenu à préciser que la moitié des autorisations ont été attribuées à des ingrédients et non à des produits finaux. « Cela apporte davantage d’outils aux agriculteurs, mais ça n’implique pas une hausse de l’utilisation de produits dans les champs », a-t-elle déclaré à Bloomberg.

Une menace pour la santé, l’alimentation et l’environnement

Rappelons que les abeilles assurent un rôle incontournable dans l’équilibre de la biodiversité. De plus, elles contribuent à la pollinisation de 75% des cultures mondiales. Ainsi, leur extermination représente un grand danger par rapport à la sécurité alimentaire dans le monde.

En outre, d’après Carlos Alberto Bastos, président de l’Association d’apiculture du District fédéral au Brésil, « la mort de toutes ces abeilles est un signe que nous nous faisons empoisonner ».