500 millions d’utilisateurs actifs pour Facebook Messenger

Facebook a beaucoup évolué au fil des années et le géant bleu est désormais à la tête d’un véritable écosystème. Son offre, elle, s’articule autour de plusieurs applications mobiles dédiées, dont une entièrement dédiée aux échanges en temps réel. Facebook Messenger, c’est lui, vient d’ailleurs de franchir un nouveau cap puisqu’il totalise désormais plus de 500 millions d’utilisateurs actifs mensuels.

Ce chiffre ne vient pas de la cousine du beau-frère du chien de la secrétaire du dentiste de Mark, mais carrément de Peter Martinazzi. Ce nom vous est peut-être inconnu mais ce dernier est une des figures emblématiques de la firme.

Zuckyboy

D’après lui, plus de 500 millions de personnes utiliseraient Facebook Messenger chaque mois. Joli, d’autant que Snapchat n’aurait pas encore atteint les 100 millions d’utilisateurs pour le moment. Enfin pas d’après les derniers chiffres en date, en tout cas.

Voilà pourquoi Facebook impose l’utilisation de son Messenger aux mobinautes

Alors bien sûr, ici, la situation est un peu différente car tous les utilisateurs de l’application mobile Facebook doivent nécessairement télécharger et installer le Messenger pour tailler le bout de gras avec leurs amis virtuels.

Il s’agit d’une mesure imposée par la firme et Mark Zuckerberg a profité d’une séance de questions / réponses organisée par The Verge pour donner sa vision des choses, et pour expliquer ce qui l’a poussé à prendre cette décision.

En réalité, l’explication serait assez évidente. L’idée, à la base, c’était apparemment de rendre les conversations aussi accessibles que possible pour les mobinautes. Comment ? En leur offrant la possibilité de se passer du client officiel, et de passer par une application entièrement dédiée à cet usage. Et si Facebook leur a forcé la main, c’est tout simplement pour leur simplifier la vie et pour uniformiser leur expérience sur la plateforme.

Voilà pour les grandes lignes. Ceci étant, Mark ne s’est pas arrêté là et il a ainsi révélé que la messagerie instantanée était la seule activité qui marchait mieux que les réseaux sociaux. Et vous savez quoi ? Dans les pays où Facebook marche le mieux, il est utilisé par 85% de la population, contre 95% pour les SMS et les messages texte.

Incroyable, non ? Certes, et ces chiffres donnent finalement plus de sens et plus de relief au choix fait par Mark Zuckerberg et ses associés, non ?

Sources : 1, 2 – Crédits Photo : TechCrunch