5G au Royaume-Uni : Huawei ne sera pas banni du projet

Depuis qu’il a été accusé d’espionnage par les États-Unis, Huawei n’est plus le bienvenu dans plusieurs pays. Aujourd’hui considérée comme un fournisseur à haut risque, la firme chinoise a été bannie des projets de déploiement du nouveau réseau 5G par l’Australie, le Japon…

Face aux pressions américaines, un pays reste cependant moins enclin à fermer les portes à Huawei et ses services. Il s’agit du Royaume-Uni qui a pris la décision de donner sa chance à au fabricant de smartphones et équipementier en télécommunication.

MWC 5G

Crédits Pixabay

Il y a quelques jours, le gouvernement avait annoncé son intention de peut-être faire appel aux services d’Huawei pour le déploiement de la 5G sur tout le territoire britannique.

Une participation « partielle »

Le Royaume-Uni a indiqué que ce n’est pas la mise en place de toute son infrastructure 5G qui sera confiée à Huawei. Les opérateurs britanniques ont en effet précisé que la participation de la firme chinoise se limitera à seulement 35 % du déploiement des réseaux mobiles.

Pour Andrew Parker, le chef des renseignements britanniques, cette collaboration avec Huawei est faisable dans la mesure où les documents sensibles sont bien gardés « hors de portée » de toute tentative d’espionnage et de vol de données.

Ainsi, les implications de la multinationale seront limitées aux sites les moins sensibles. Elles ne concerneront pas les zones stratégiques et les bases militaires.

Une décision qui divise

Le Royaume-Uni a visiblement décidé de nager à contre-courant des directives données par les États-Unis concernant Huawei. Washington n’est d’ailleurs pas ravi du tout, et avait déjà publiquement averti Downing Street de « faire comme tout le monde » et d’exclure totalement la marque chinoise de tout projet impliquant la 5G et la télécommunication.

D’un autre côté, nous avons l’Union européenne qui n’appelle pas à une interdiction totale d’Huawei sur le vieux continent, au contraire. L’UE estime en effet que chaque État est libre de faire son choix, mais à condition de suivre certaines « consignes ».

Le Royaume-Uni est donc parfaitement dans ses droits, et compte bien profiter du savoir-faire d’Huawei pour déployer le meilleur réseau 5G du continent, voire même de la planète !

Dans tous les cas, l’avenir n’est peut-être pas aussi sombre pour Huawei qui devra faire ses preuves pour regagner la confiance de nombreux gouvernements.

Mots-clés 5Ghuawei