5G : les débits du standard ont été révélés

La 5G n’est pas encore finalisée et elle ne le sera pas avant l’horizon 2020. Cela ne l’empêche évidemment pas de faire parler d’elle. Quelques semaines après la divulgation de son logo, l’International Telecommunication Union (ITU) a ainsi publié un rapport complet portant sur les débits théoriques fixés par le standard. Ils sont très impressionnants.

Le rapport en question prend la forme d’un simple document Word partagé par le biais du site de l’organisation. Un document que vous pouvez retrouver en vous rendant à cette adresse.

5G

La 5G fait encore parler d’elle.

Assez complet, il regroupe toutes les spécifications du standard et il évoque notamment les débits théoriques évalués par les experts de l’organisme.

5G : 20 Gbit/s en download, 10 Gbit/s en upload

La 5G offrira donc des débits extrêmement impressionnants, fixés à environ 20 Gbit/s en download et à 10 Gbit/s en upload. Histoire de mettre ces chiffres en perspective, il faut signaler que la 4G atteint les 1 Gbit/s en download. Belle différence, n’est-ce pas ?

Certes, mais les mobinautes n’atteindront pas réellement ces débits.

Si vous prenez l’exemple de la 4G, alors les débits descendants dépassent rarement les quelques dizaines de Mbit/s. La bande passante de chaque antenne est effectivement divisée entre les terminaux connectés et donc entre les utilisateurs actifs présents dans la zone.

La 5G ne se comportera pas différemment, cela va de soi.

En outre, il est important de signaler que les opérateurs n’ont pas encore réussi à atteindre les débits fixés par l’ITU. Ericsson, par exemple, n’a pas dépassé les 13 Gbit/s lors de la démonstration organisée sur le CES 2017. Orange, lui, a réussi à atteindre les 15 Gbit/s, mais en utilisant la technique de la focalisation et donc en faisant converger la puissance des ondes radio vers la position du terminal.

Un temps de latence de 1 ms pour les équipements critiques

Les opérateurs vont donc avoir du pain sur la planche pour arriver à atteindre ces débits. La bonne nouvelle, c’est que les premiers réseaux commerciaux ne devraient de toute façon pas débarquer avant 2020 et les acteurs du marché ont donc encore trois ans pour préparer leur infrastructure. D’ailleurs, il faut savoir que la Corée du Sud va mener un premier test grandeur nature lors des Jeux Olympiques de 2018.

Mais le document n’en reste pas là et il évoque ainsi le temps de latence conféré par la 5G, un temps de latence qui sera fixé à 1 ms pour les équipements critiques et à 4 ms pour les autres appareils.

Là encore, il s’agit d’une belle progression, d’autant que la 4G ne dépasse habituellement pas les 20 ms.

Pour le reste, eh bien la 5G sera aussi en mesure d’absorber un million de connexions par kilomètre carré. Elle ne devrait donc avoir aucun mal à encaisser les connexions initialisées par les équipements de l’IoT.

Mots-clés 5G