6 choses que vous ne savez peut-être pas à propos de l’urine

L’année dernière, nous vous avons rapporté deux sujets insolites à propos de l’urine. Dans un premier temps, nous vous avons informé que les futures habitations lunaires pourraient être construites à partir de l’urine des astronautes. Dans un second temps, nous vous avons parlé du pain à l’urine.

Mais à bien y penser, que savons-nous vraiment sur ce que les Dictionnaires Le Robert définissent comme un « liquide organique clair et ambré, odorant qui se forme dans le rein, passe dans les uretères, séjourne dans la vessie et est évacué par l’urètre » ? Peu de choses, n’est-ce pas ?  

Crédits Pixabay

Nous allons immédiatement y remédier avec ces 6 choses intéressantes, intrigantes et fascinantes à savoir sur notre urine.

L’urine est le plus vieil antiseptique qui existe

En effet, avant que la médecine ne se modernise, nous avions eu recours à un antiseptique primitif pour soigner une plaie qui pouvait potentiellement être mortelle : l’urine.

L’écrivain Pline l’Ancien l’avait notamment recommandé pour traiter les piqûres de scorpion, les morsures de serpent et de chien enragé, les plaies, les brûlures et autres douleurs. A la Renaissance, le médecin italien Leonardo Fioravanti a même uriné rapidement sur un soldat espagnol qui venait de perdre son nez dans une bagarre, avant de rattacher chirurgicalement le nez au visage du soldat. C’est parce que l’urine aurait une propriété antibactérienne directement relié à sa concentration d’urée, le principal métabolite dans l’urine.

Les romains lavaient leurs vêtements avec de l’urine

Il faut savoir que l’urine est composée de dioxyde de carbone et d’ammoniac. Or, l’ammoniac est l’un des principaux ingrédients des nettoyants ménagers et les Romains l’avaient déjà compris avant nous.

Au 1er siècle de notre ère, certaines blanchisseries romaines, appelées fullonicae, s’approvisionnaient ainsi en urine auprès des urinoirs publics via des tuyaux. Ensuite, les blanchisseries font pourrir l’urine pendant trois jours avant de le mettre dans des cuves avec des piles de vêtements sales. Les blanchisseurs ou fullones piétinent ensuite le contenu des cuves pour éliminer la saleté avant de rincer les vêtements à l’eau et les sécher.

Deux hormones dans l’urine sont à la base des médicaments contre l’infertilité

Dans les années 1940, un scientifique dénommé Piero Donini de la société pharmaceutique italienne Serono a extrait deux hormones, FSH et LH, de l’urine de femmes ménopausées. En 1957, l’endocrinologue Bruno Lunenfeld contacte Serono pour mener une expérience afin de voir si les hormones pouvaient guérir l’infertilité. Toutefois, il fallait récolter plusieurs litres d’urine de femmes ménopausées afin d’extraire une grande quantité d’hormones.

Heureusement, le Vatican était un actionnaire majoritaire de la société pharmaceutique. Le pape Pie XII a ainsi déclaré à la population italienne de religieuses ménopausées de collecter quotidiennement leur urine pour une cause sacrée. Serono a alors réussi à développer les médicaments de fertilité Pergonal et Menopur qui existent encore jusqu’à présent.

Dans l’Egypte antique, l’urine pouvait révéler une grossesse et le sexe de l’enfant

Eh oui, il existe un test de grossesse DIY (do it yourself) qui date de 1350 avant notre ère et qui figure dans le Papyrus de Berlin.

Les indications sont comme suit : « Blé et épeautre : laissez la femme les arroser quotidiennement avec son urine. (…) S’ils grandissent tous les deux, elle supportera ; si le blé pousse, ce sera un garçon ; si l’épeautre pousse, ce sera une fille. Si ni l’un ni l’autre ne pousse, elle ne supportera pas ». Les scientifiques modernes ont voulu tester cela en 1963 et ils ont découvert que cette méthode était efficace à 70%.

Les Chinois concoctent un plat de saison avec de l’urine

Les habitants de Dongyang, en Chine, ont une cuisine de saison dénommée « Virgin Boy Eggs ». Des vendeurs d’œufs collectent l’urine des garçons de moins de 10 ans à travers la ville et l’utilisent comme bouillon pour faire mariner et cuire les œufs.

Une fois cuits, ils cassent les coquilles et remettent les œufs dans l’urine en les laissant mijoter toute une journée. Ils continuent néanmoins d’ajouter de l’urine fraîche à la recette pour éviter que cela brûle, et y mettent également des herbes et des épices. A la fin, les jaunes d’œufs sont verts et les blancs sont d’une couleur jaune pâle. Apparemment, ces œufs amélioreraient la circulation sanguine, protègeraient des coups de soleil et revigoreraient.

Les astronautes recyclent leur urine pour avoir de l’eau potable

Aller dans l’espace n’est finalement pas une sinécure. Il faut prendre en compte tous les paramètres, notamment le fait que l’urine humaine normale contient 95% d’eau. Une information non négligeable pour des endroits faibles en eau comme la Station spatiale internationale (ISS).

A bord de cette station, l’équipage s’approvisionne en eau potable en recyclant l’urine et le condensat de l’air. L’urine passe ainsi à travers un système de récupération d’eau qui se compose d’un ensemble de processeur d’urine et de processeur d’eau. Cela permettrait de produire 13 litres d’eau par jour.