8 Rue de l’Humanité, le film de Dany Boon sur le confinement

Sorti cette année, juste après le confinement, 8 Rue de l’Humanité est le résultat d’une collaboration entre le réalisateur Dany Boon et la plateforme Netflix. À la fois émouvant et totalement souple, il met en scène des personnages français dans un univers marqué par la crise du covid-19 et ses conséquences. Entre comédie et humanité, le film se veut aussi un hommage aux victimes de la pandémie du covid.

De quoi parle le film ?

Le scénario de ce film se déroule pendant le premier confinement dû à la pandémie. Il met en scène sept familles confinées dans un immeuble du 11e qui ont choisi de rester dans la ville, alors que celle-ci a déjà été désertée par la plupart de ses habitants. Une cohabitation qui va se passer entre disputes, délires et réconciliations, mais toujours avec solidarité. Vous y retrouvez entre autres un scientifique qui cherche le vaccin à la pandémie, un coach sportif qui ne peut s’empêcher de grossir au fil du confinement ou encore un voisin riche qui réalise avoir un niveau scolaire plus faible que celui de son fils de 8 ans.

Qui sont les acteurs ?

Pour sa réalisation, l’acteur et réalisateur Dany Boon a réuni plusieurs acteurs aussi touchants que comiques. Il s’agit de :

  • Liliane Rovère dans le rôle de la patronne de bistrot,
  • Yvan Attal, le scientifique fou,
  • L’hypocondriaque personnage de Dany Boon lui-même,
  • Laurence Arné, qui joue le rôle de la compagne de l’acteur ,
  • François Damiens, le riche voisin,
  • Tom Leeb, le coach sportif ,
  • Alison Wheeler, la compagne enceinte du coach sportif .

Pour finir et dans des rôles moins remarquables, Nawell Madani endosse un rôle d’infirmière et Jorge Calvo est le mari de la concierge. On ne saurait parler de ce film comique sans mentionner l’amour naissant de deux jeunes enfants que le confinement a rapproché.

8 Rue de l’Humanité : top ou flop ?

Dans un contexte sanitaire et humanitaire sensible, le réalisateur a fait le pari de démystifier, mais surtout dédramatisé le concept du confinement d’une part et en révéler les bons côtés d’autre part. Même si son introduction semble rappeler le tragique de la situation, on peut compter sur la suite pour rappeler combien il est important de conserver son humanité. Ce film reste un sacré mélange de personnages aussi caractériels qu’uniques, qui vont animer les vies les uns des autres, de plusieurs façons. Avec la participation de Laurence Arné, avec qui il a déjà joué dans la Ch’tite famille, le réalisateur peut se targuer d’avoir atteint son objectif.

Bien que jugé trop long, 8 Rue de l’Humanité reste un hymne à l’humanité, mais aussi à la légèreté et à la solidarité.