9 choses que vous ne savez peut-être pas sur The Legend of Zelda

The Legend of Zelda nous accompagne un bon moment. Le tout premier volet est en effet sorti en 1986 au Japon, sur la fameuse Famicon Disk System, avant de poser ses valises en Amérique du Nord et en Europe un an plus tard, en 1987. Ensuite, Nintendo a enchaîné les sorties.

Zelda II The Adventure of Link est en effet sorti l’année suivante, avec une vue un peu différente. Cette fois, le titre ne présentait plus le monde depuis le ciel, mais avec une vue de profil. Il a aussi été l’occasion pour Nintendo de mettre en place des éléments propres aux RPG.

Capture de Breath of the Wild
Capture de Breath of the Wild

Fait amusant, ce deuxième volet avait une autre particularité intéressante : Link n’avait pas besoin de récupérer des rubis. Mieux encore, il faisait aussi usage de la magie.

Par la suite, Nintendo a enchaîné les sorties, et chaque génération de console a eu droit au moins à son Legend of Zelda. La Switch ne fait d’ailleurs pas exception à la règle. Après Breath of the Wild, Link’s Awakening et Skyward Sword HD, la petite console transformiste de la marque pourra compter sur Breath of the Wild 2. Elle, ou peut-être le fameux modèle “pro” attendu pour ces prochaines semaines.

Mais ce n’est pas de la Switch Pro dont il est question ici. L’objectif de ce dossier, c’est plutôt de vous présenter 9 choses que vous ne savez peut-être pas sur The Legend of Zelda.

1/ The Legend of Zelda a été inspiré par l’enfance de son créateur

Shigeru Miyamoto n’a pas eu besoin d’aller très loin pour imaginer l’univers sur lequel repose la franchise. En réalité, il a simplement puisé dans ses souvenirs d’enfance.

Lorsqu’il était petit, il vivait en effet dans un petit village situé à côté de Kyoto et il lui arrivait très souvent de se promener dans les forêts voisines. Des forêts dont il s’est inspiré pour donner vie à Hyrule. Quant aux donjons du titre, ils sont inspirés de sa propre maison d’enfance, une maison qui comprenant de nombreuses portes en papier difficiles à distinguer à l’oeil nu et qui lui faisaient un peu l’impression de se trouver dans un labyrinthe.

2/ The Legend of Zelda était vu en interne comme l’anti-Mario

Nintendo est connu pour ses licences fortes, des licences qui possèdent chacune leur propre identité. Et même leur propre personnalité.

Or justement, The Legend of Zelda a été développé à la même période que Super Mario Bros et leurs concepteurs ont tout fait pour que les deux titres ne se ressemblent pas. Là où le second faisait la part belle à l’action, le second se voulait plus réfléchi.

3/ Zelda doit son nom à une romancière

The Legend of Zelda met en scène un personnage féminin fort. Zelda. Personnage que Link doit le plus souvent sauver, mais qui ne manque pas de personnalité pour autant.

Or justement, à l’occasion d’une entrevue, Miyamoto avait révélé que ce personnage tenait son nom de Zelda Fitzgerald, une romancière que l’on ne présente plus. Une romancière qui s’est pendant longtemps battue pour le droit des femmes.

4/ Nintendo s’attendait à ce que The Legend of Zelda fasse un bide en Amérique

Les Japonais et les Américains sont très différents les uns des autres. Du moins sur le plan culturel.

En conséquence, Minoru Arakawa, l’homme qui dirigeait la division américaine de Nintendo à l’époque du lancement de The Legend of Zelda, s’attendait à ce que ce dernier fasse un bide complet an Amérique. A un point tel qu’il avait même mis sur pied une hotline pour dispenser des conseils aux joueurs perdus.

Le plus beau reste à venir, car cette hotline a très bien fonctionné. Et lorsque les appels ont commencé à se faire plus nombreux, Nintendo l’a transformé en un numéro payant.

5/ Link ne s’appelle pas Link par hasard

Link, comme vous le savez sans doute, peut se traduire par “lien” en français. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce nom n’est pas un simple hasard.

En réalité, c’est précisément le sens du mot qui a poussé Nintendo à lui donner ce nom. Link devait ainsi faire figure de lien entre le joueur et le jeu, mais aussi entre les différentes époques du jeu.

6/ A l’origine, The Legend of Zelda devait vous permettre de créer vos propres donjons

Nintendo a toujours été un précurseur et cette anecdote le prouve une fois de plus.

A l’origine, The Legend of Zelda, et donc le tout premier titre de la franchise, devait être livré avec un outil permettant aux joueurs de créer leurs propres donjons. Une idée qui a finalement été abandonnée avant sa mise en vente sur le marché.

7/ Link devait démarrer avec l’épée, mais…

The Legend of Zelda a dérouté de nombreux joueurs, des joueurs qui n’étaient à l’époque pas habitués à autant d’énigmes.

Après avoir testé le jeu auprès d’un panel restreint, Miyamoto a fait face à de nombreuses critiques… qui l’ont profondément agacé. A un point tel qu’il a finalement décidé de priver Link de son épée, une épée avec laquelle il était à l’origine censé démarrer le jeu. Les joueurs ont alors dû la gagner.

8/ La Triforce se base sur un symbole japonais

La Triforce est clairement l’emblème de la licence, mais le symbole n’a pas été imaginé de toute pièce par Nintendo.

En réalité, les trois triangles qui le forment sont l’emblème du clan Hojo, un clan qui était très puissant au Japon au 13e et 14e siècle. L’emblème en question portait même un nom : Mitsuuroko, ce qui signifie “les trois écailles de dragon”.

9/ Tous les donjons de The Legend of Zelda s’emboîtent

Peu de gens le savent, mais tous les donjons utilisés par la quête principale peuvent s’emboîter les uns dans les autres. Et lorsqu’ils le font, alors ils forment un carré parfait.

Etrange, n’est-ce pas ? Oui, et non. Ce système a aussi permis à Nintendo de réduire le poids de ces fameux donjons, et de s’assurer ainsi que le titre puisse tenir dans sa cartouche.

Mots-clés the legend of zelda