Un grand choc s’annonce dans le secteur du Bitcoin

Lorsque les citoyens ordinaires, les gouvernements et les institutions commenceront à prendre conscience du caractère rare du Bitcoin, une nouvelle forme d’anxiété que les spécialistes qualifient de FOMO (Fear Of Missing Out) prendra sans doute corps. Selon les données du tableau de bord Bitcoin de Clark Moody, plus de 90 % de la quantité totale de Bitcoins devant exister sont déjà exploités.

Bitcoins
Bitcoins

L’impact du Bitcoin dans le réseau monétaire mondiale

Selon Bitcoin Magazine, le réseau Bitcoin se trouve être la seule forme de monnaie numérique qui parvient à résoudre le problème de la double dépense d’une manière correctement distribuée. Il impose un plafond d’approvisionnement de 21 millions de pièces grâce à son protocole de consensus, géré par des dizaines de milliers de nœuds dans le monde entier.

L’un des éléments qui contribuent à l’attractivité du Bitcoin est la politique monétaire prévisible et immuable qui l’encadre. Cela est d’autant plus vrai lorsue l’on observe la la réalité des monnaies fiduciaires et de certaines crypto-monnaies dont l’offre et la politique monétaire dépendent de la décision d’un petit groupe de personnes.

La monnaie électronique peer-to-peer (P2P) est saine, contrairement à la monnaie fiduciaire. Il n’est ni possible de gonfler la quantité de Bitcoins disponible ni de la réduire.

Le pouvoir du Bitcoin encore inconnu

Même si son impact est indéniable, à ce jour, seule une frange de la société comprend réellement ce que vaut le Bitcoin et sa capacité à autonomiser des citoyens ordinaires. Les personnes appartenant à des cercles de privilégiés qui jouissent d’un haut niveau de liberté et de droits individuels peuvent avoir une certaine inclinaison à désapprouver le Bitcoin. Cependant, le système monétaire Peer-to-peer est aussi susceptible d’accroître leur pouvoir.

La plupart du temps, l’impact du Bitcoin n’est pas le même selon les classes de personnes concernées et leur niveau de vie. Si cette monnaie peut servir de réserve de valeur à un citoyen américain ou anglais, pour des citoyens de pays la Palestine ou Cuba dans lesquels la guerre et la dictature sont la norme, le Bitcoin pourrait être le seul recours pour atteindre une liberté financière et un épanouissement économique.

90 % de l’offre de Bitcoins déjà émis, bientôt le choc d’approvisionnement

Aujourd’hui, la grande majorité de l’offre de Bitcoins en circulation est détenue par des entités ou des personnes qui n’ont pas l’intention de les vendre.

Le mème “HODL” est fortement utilisé dans la communauté des mineurs de Bitcoin. La plupart des mineurs ont donc à coeur de conserver leurs BTC jusqu’à ce que le Bitcoin atteigne sa pleine monétisation et devienne une unité de compte. Ils conservent donc leurs pièces pour pouvoir les dépenser le moment venu.

Un rapport publié en décembre 2020 par la société d’analyse de données Glassnode a tenté d’évaluer et de mettre en lumière la liquidité de l’offre de bitcoins. Elle a analysé les entités détenant de grosses part de Bitcoins et est parvenu à les classer en trois catégories de liquidité : très liquide, liquide et illiquide.

Cependant, une grande partie de l’offre qui n’a pas encore été émise n’est pas très liquide. Certains parmi les mineurs publics de Bitcoins les plus en vue au monde commence également à conserver leurs Bitcoins. Hut 8, mineur canadien, par exemple, a placé en dépôt les 256 BTC qu’il est parvenu à miner au cours du mois de novembre. A la date du 30 novembre 2021, il est détenteur de 5 242 Bitcoins.

Un choc de l’offre pourrait devenir presque inéluctable lorsque le monde, désormais très informé, se rendra compte de la rareté du Bitcoin. A ce moment, il n’y aura pas assez d’offre pour satisfaire une forte hausse de la demande de la part de grands acteurs à l’instar des banques centrales ou des fonds spéculatifs. Cet état de choses déclenchera éventuellement une flambée des prix jusqu’à l’effondrement complet du dollar américain.

7 réflexions au sujet de “Un grand choc s’annonce dans le secteur du Bitcoin”

    • (On n’est pas* n apostrophe quand c’est négation – même si 99% des français font la faute) je ne vois même pas pourquoi ils disent ça. C’est pas parce qu’un truc prend masse de valeur que le dollar va crasher. C’est quand les prix augmentent de manière globale ou qu’un truc qui est consommé quotidiennement (ou très souvent) par des centaines de millions de gens dans le monde chaque jour explose en valeur que ça pose problème. Au pire il serait peut-être temps qu’ils revoient leur politique monétaire. Puisque il n’y aurait pas que l’usd qui perdrait mais tout en même temps donc une chute “invisible” puisque chaque monnaie perdrait en même temps.

      Répondre
  1. Un papier étrange et très (trop?) engagé qui transpire le crypto-fanatisme nauséabond, et truffé de prises de position posées là comme des réalités objectives avec un usage plus que discutable du lexique correspondant. Je veux pas critiquer l’auteur, tout le monde a des jours sans, mais je suis quand même très étonné, vous m’avez habitué à plus sérieux sur fredzone, franchement… et pourtant j’apprécie à la fois les crypto et le site !

    Répondre
  2. (On n’est pas* n apostrophe quand c’est négation – même si 99% des français font la faute) je ne vois même pas pourquoi ils disent ça. C’est pas parce qu’un truc…
    Ce n’est pas parce, *n apostrophe.
    Du coup, tu complète le 1% manquant :@)

    Répondre
  3. La probabilité de perde sa clé privée étant positive chaque, la probabilité que tout le monde ait perdu ses clés privées dans le futur et de 1. Donc dans le futur, les 21 millions de bitcoin seront minées mais personne ne pourra les dépenser car elles seront bloquées et inaccessibles.
    Donc j’espère que vous avez gravés vos clés privées sur des pièces en métal qui résistent aux incendies et à la corrosion si vous espérez pouvoir transmettre cette chose en héritage.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.