A 12 ans, elle est poursuivie pour avoir utilisé des emojis menaçants

Brenda* a 12 ans et elle habite à Fairfax, une petite ville perdue au beau milieu de la Virginie. Enfin, petite, toute est relative car elle compte tout de même plus de 20 000 habitants. Comme toutes les adolescentes de son âge, la fillette est très active sur les réseaux sociaux et elle adore utiliser des emojis pour décrire ce qu’elle ressent. C’est précisément ce qui lui a valu d’être poursuivie par les autorités.

Les emojis ne sont pas nouveaux mais ils se sont considérablement développés avec l’explosion des plateformes sociales. Les adolescents en sont très friands et ces drôles de petites images sont devenues un véritable moyen de communication à part entière.

Condamnation Emoji

Evitez de publier des emojis violents sur les réseaux sociaux, ça pourrait se retourner contre vous.

Brenda ne déroge pas à la règle et elle les utilise ainsi systématiquement pour décorer et agrémenter les messages qu’elle publie sur les réseaux sociaux et notamment sur son compte Instagram.

Brenda n’aurait jamais du publier ce message sur Instagram

En décembre dernier, après avoir passé une mauvaise journée à l’école, la fillette a partagé une publication sur Instagram pour se plaindre de son école. Jusque là, rien de très surprenant, beaucoup d’adolescents le font et tous les parents acquiesceront sans doute à la lecture de ces quelques lignes.

Le problème, c’est que le message en question était très violent et il comprenant en plus des emojis représentant un pistolet, un couteau et… une bombe :

Killing ?

“meet me in the library Tuesday”

? ? ?

La publication a pas mal tourné et un représentant des forces de l’ordre a fini par tomber dessus. Craignant le pire, il a donc envoyé des policiers cueillir Brenda à son domicile pour s’assurer qu’elle ne prévoyait pas une attaque contre la bibliothèque de son école.

La perquisition n’a rien donné mais le procureur a tout de même décidé de poursuivre l’adolescente.

Cette décision peut surprendre mais ce n’est pas la première fois qu’une personne est poursuivie pour avoir partagé des emojis. La police de New York a même arrêté l’année dernière un adolescent de 17 ans pour avoir publié sur sa page Facebook un message insultant à l’égard d’un policier, accompagné des images ???. Il n’a pas été condamné mais il a eu droit à un bel avertissement de la part du juge.

* : Il ne s’agit pas du vrai prénom de cette pauvre adolescente mais ça lui va comme un gant.

Mots-clés insoliteweb