A 12 ans, elle met fin à ses jours après avoir été harcelée sur Facebook

Laura était une adolescente comme les autres. Elle coulait des jours heureux à Durbuy en Belgique et elle se passionnait pour plein de choses et notamment pour les réseaux sociaux. Sa vie a pris une toute nouvelle tournure lorsqu’elle a commencé à être harcelée sur Facebook. La jeune fille s’est mise à broyer du noir et elle a finalement décidé de mettre fin à ses jours le 3 décembre dernier.

Avant de passer à l’acte, elle a rédigé une lettre pour expliquer son terrible geste à ses parents.

Suicide Facebook

Les réseaux sociaux sont des outils fantastiques, mais ils peuvent aussi être une source de souffrance pour les adolescents.

Elle a commencé par expliquer qu’elle a été trahie par une amie et que cette trahison a poussé une personne à la harceler sur les réseaux sociaux.

Tout a commencé par une banale trahison

Laura a tenu aussi longtemps qu’elle a pu mais elle a fini par perdre espoir. Après avoir passé un moment avec toute sa famille, elle est donc montée dans sa chambre et elle s’est pendue avec la ceinture de son peignoir.

Le corps a été retrouvé par la soeur de l’adolescente, âgée de seulement 16 ans.

Les parents sont tout de suite intervenus. La mère a coupé la ceinture du peignoir et le père a fait un message cardiaque pour tenter de réanimer sa fille. En pure perte.

Ils ne se sont jamais doutés de la détresse de l’adolescente. En apparence, elle semblait aller bien. Elle était épanouie et souriante mais elle dissimulait un mal plus profond, un mal invisible.

Pour faire face à leur douleur, les parents de Laura ont décidé de se lancer dans un nouveau combat. Ils demandent aux enfants de ne pas hésiter à parler à leurs proches en cas de problème, et ils implorent les parents de leur prêter une oreille attentive.

Il faut maintenir le dialogue avec ses enfants, et leur expliquer que les réseaux sociaux ne sont pas un monde de bisounours

Cette histoire m’a beaucoup touché, d’autant que la plus grande de mes belles filles a exactement le même âge que Laura.

On a souvent discuté ensemble des réseaux sociaux, mais nous avons toujours refusé avec sa mère qu’elle se crée un compte sur Facebook ou même sur Instagram. Pas tant qu’elle ne sera pas capable de faire face aux autres utilisateurs et à la haine de certains internautes.

Les nouvelles technologies ont changé beaucoup de choses dans nos vies, c’est certain, mais le phénomène est encore plus marqué chez nos enfants.

Ma fille n’a que deux ans et demi, par exemple, et elle préfère déjà Netflix à la télévision. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle a le choix du programme.

C’est à la fois mignon et touchant, bien sûr, mais il ne faut pas perdre de vue que les internets ne sont pas non plus un monde de bisounours. Notre rôle de parent, ou de beau-parent, c’est avant tout de protéger nos enfants et c’est précisément pour cette raison que nous devons maintenir le dialogue avec eux et savoir les écouter.

Alors bien sûr, ça ne ramènera pas Laura à ses parents, mais cela donnera un peu plus de sens à cette terrible tragédie.

Je rappelle aussi qu’il existe des organismes qui peuvent venir en aide aux personnes les plus fragiles. S.O.S Amitié propose par exemple une ligne directe accessible à n’importe quelle heure, tous les jours, au 01 42 96 26 26.

Mots-clés facebookweb