A 16 ans, elle se donne la mort après avoir été harcelée sur Facebook

Britney avait 16 ans, et toute la vie devant elle. L’adolescente projetait d’ailleurs de partir loin de chez elle l’année prochaine pour devenir agent de police. Mais voilà, elle ne pourra jamais accomplir ses rêves. Elle s’est en effet donnée la mort après avoir été harcelée pendant de longues semaines sur Facebook.

Personne ne sait comment les choses ont commencé, ni même ce qui a poussé ses détracteurs a s’en prendre à elle. Pas pour le moment du moins. L’enquête nous permettra peut-être d’en apprendre plus.

Suicide Facebook

Une adolescente de 16 ans s’est encore donnée la mort après avoir été harcelée sur les réseaux sociaux.

Ce que nous savons, en revanche, c’est que Britney a été la cible de vives moqueries et de nombreuses insultes au fil de ces dernières semaines.

Britney a été harcelée pendant de longues semaines sur Facebook et Snapchat

Les harceleurs ne se contentaient d’ailleurs pas de lui envoyer des messages sur Facebook. Ils la contactaient aussi en s’appuyant sur d’autres solutions comme Snapchat ou même Twitter. Certains lui envoyaient même des messages par mail.

Britney a bien tenté de calmer la situation en publiant plusieurs messages sur ses profils sociaux et en invitant les personnes qui ne l’appréciaient pas à ne plus la suivre mais cela n’a pas eu l’effet escompté. Bien au contraire, les messages insultants se sont rapidement multipliés et l’adolescente a fini par sombrer dans une profonde dépression.

Comme souvent dans ce genre de cas, ses proches ne se sont rendus compte de rien. Britney a finalement fini par se donner la mort, laissant derrière elle une famille totalement dévastée. Elle avait d’ailleurs une petite soeur de 13 ans, Rhiannon.

L’adolescente n’a laissé aucune lettre derrière elle pour expliquer son geste mais sa grand-mère est persuadée que son geste a été motivée par le harcèlement dont elle a été victime sur les réseaux sociaux. La police a d’ailleurs ouvert une enquête afin de trouver l’identité de ses détracteurs.

Ce n’est pas la première fois qu’un adolescent passe à l’acte après avoir été la cible de harcèlement en ligne

Cette histoire a choqué beaucoup de monde bien sûr, mais il faut rappeler que ce n’est pas la première fois qu’un adolescent passe à l’acte après avoir été harcelé sur les réseaux sociaux.

Les adolescents ont toujours été rudes entre eux, c’est un fait, mais l’émergence des plateformes sociales a considérablement augmenté la portée du phénomène. A mon époque, vous pouviez devenir la risée de votre classe ou même parfois de votre collège / lycée mais cela n’allait pas beaucoup plus loin. Désormais, les choses sont bien différentes. Les réseaux sociaux ont effectivement rendu caduque la notion de frontière.

Oui, mais ils ont aussi changé la manière dont nous interagissons les uns avec les autres. A force de nous adresser à des pseudonymes et à des avatars, nous finissons par oublier qu’il y a de vraies personnes derrière cette bouillie de pixels.

Des personnes avec des émotions, des failles et des vulnérabilités. Des personnes qui ne sont pas toujours au sommet de leur forme et qui vivent parfois des événements difficiles dont ils ne font pas l’étalage sur leurs profils sociaux.

Il faut d’ailleurs noter que les adolescents ne sont pas les seuls à se comporter comme des harceleurs.

Les adultes aussi adoptent ce type de comportements et il suffit de se rendre sur Twitter pour s’en rendre compte. Les petites phrases assassines pullulent en effet dans les timelines.

Mots-clés facebookweb