A 2 ans, elle rentre à la Mensa

Kashe Quest a seulement deux ans, mais elle est déjà capable de compter jusqu’à 100 et elle peut même identifier 50 états différents, naviguer dans le tableau périodique des éléments et parler deux langues. Autant de compétences surprenantes, et qui lui ont valu d’être admise à la Mensa.

La Mensa a été fondée en octobre 1946 à Oxford, soit quelques mois à peine après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Image par Bob Dmyt de Pixabay
Image par Bob Dmyt de Pixabay 

A l’époque, l’organisation avait trois missions principales : détecter et promouvoir l’intelligence humaine dans l’intérêt de l’humanité, encourager la recherche sur la nature, les caractéristiques et les usages de l’intelligence et fournir un environnement intellectuel et social stimulant à ses membres.

La Mensa, une organisation qui oeuvre pour l’humanité

Très sélective, la Mensa s’appuie principalement sur le quotient intellectuel pour distribuer ses invitations. L’organisation se focalise ainsi que les 2 % de la population qui ont le score le plus élevé. Soit un score supérieur à130. Elle ne prend en compte ni l’origine sociale de ses membres, ni même le lieu où ils vivent. Pour elle, seule l’intelligence compte.

Ce qui veut également dire qu’il ne suffit pas d’avoir de bons résultats scolaires pour y rentrer. En réalité, beaucoup de ses membres se trouvent en situation d’échec scolaire lorsqu’ils sont contactés.

Profondément humaniste, la Mensa n’impose aucun domaine de recherche à ses membres et ces derniers sont libres de se tourner vers la science, la littérature, la théologie ou même l’histoire, selon leur appétence. Tous les sujets sont donc évoqués, sans distinction.

A lire aussi : Et si notre intelligence venait de nos souvenirs ?

140 000 membres à travers le monde

Si la Mensa est née aux Etats-Unis, elle s’est depuis étendue à travers le monde et elle dispose même d’une branche en France. En tout et d’après les chiffres communiqués en 2017, elle compterait désormais plus de 140 000 membres à travers le monde.

Historiquement, la Mensa a aussi compté quelques personnalités publiques, comme l’auteur Isaac Asimov.

Maintenant que le décor est posé, le moment est venu de nous intéresser au cas de Kashe Quest. A deux ans, elle est en effet la membre la plus jeune jamais acceptée par la Mensa.

A lire aussi : Quand l’IA s’intéresse à Alzheimer

La plus jeune recrue de l’organisation

Si l’on en croit les tests qu’elle a passés, alors Kashe aurait un quotient intellectuel de 146. Histoire de mettre ce chiffre en perspective, il peut être utile de rappeler qu’un quotient intellectuel “normal” est habituellement compris entre 90 et 109. A partir de 110, vous vous trouvez donc au-dessus de la moyenne. Kashe, de son côté, peut être considérée comme un génie.

A deux ans, Kasha parle donc deux langues, elle peut compter à 100 et elle est même capable de reconnaître plus de 50 formes différentes. Si l’on en croit Sukhjit Athwal, sa mère, alors elle se serait rendu compte des capacités de sa fille alors que cette dernière n’avait que 18 mois.

A lire aussi : Sophia Antipolis, nouveau foyer de l’intelligence artificielle

Une vie normale souhaitée par sa mère

Elle a en effet montré qu’elle était dotée d’une mémoire exceptionnelle, une mémoire qui lui a permis d’apprendre l’alphabet complet à cet âge, mais aussi les chiffres, les couleurs et les formes.

Comme le rapporte Fox 11 Los Angeles, si Sukhjit Athwal est évidemment fière de sa fille, elle ne souhaite pas pour autant lui imposer une école pour surdoués. Elle souhaite en effet qu’elle suive son propre chemin et qu’elle progresse à son rythme.