À cause du Coronavirus, l’Italie se met en quarantaine

Le Coronavirus COVID-19  gagne de plus en plus de terrain chaque jour. Avec plus 113 000 cas confirmés dans le monde et près de 4 000 décès, c’est au tour de l’Italie de se retrouver en prise avec une épidémie de masse.

Le pays semble être le premier foyer viral en Europe. La BBC a en effet rapporté que de nombreux cas ont été signalés dans 20 régions italiennes. On compte 9 100 cas confirmés et plus 460 morts, et ces chiffres ne cessent d’évoluer.

Crédits Pixabay

Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a pris la décision de faire fermer les frontières de l’Italie afin de cerner le virus et d’éviter que d’autres cas d’infection ne pénètrent le pays.

Des mesures radicales

Le gouvernement italien a décidé de limiter les déplacements pour empêcher le virus de se propager. À moins de cas exceptionnels (cas d’urgences familiales ou professionnelles), les voyages seront donc restreints. La fréquentation des lieux publics (pubs, cinémas) est également interdite, de même que les rassemblements, manifestations et cérémonies.

Le gouvernement a également pris la décision de repousser l’ouverture des écoles et universités. Au lieu du 15 mars, ce sera pour le 3 avril.  Rapporté par le quotidien Guardian, le Premier ministre a déclaré qu’il allait signer un décret qui pourrait se résumer comme suit : « je reste à la maison », cela dans le but de « faire de l’Italie une zone protégée ».

Un pays prison ?

Si la décision de Giuseppe Conte a été prise dans le but de protéger l’Italie, les mesures de quarantaine à l’échelle d’un pays n’en restent pas moins une décision importante et non sans conséquence. La population peut en effet voir dans ces restrictions des abus, et même des atteintes à leurs droits fondamentaux. L’isolation peut aussi provoquer une paranoïa collective et entraîner des situations de tensions extrêmes.

Un « enfer vivant », c’est ainsi qu’un habitant du Wuhan décrit la quarantaine qu’il a subi dans son pays. L’expérience vécue par la Chine devrait être étudiée afin d’éviter de commettre des erreurs similaires. Les populations en quarantaine se comportent d’une manière particulière et doivent être écoutées afin d’éviter les débordements psychologiques.

Les mesures du gouvernement italien semblent toutefois appropriées à la situation qui évolue d’heure en heure. Les autorités ne devront cependant pas oublier le facteur humain de cette situation et anticiper les besoins et les demandes particuliers.

Mots-clés Coronavirus