A Emerainville, un escroc revendait des nuits d’hôtel sur Snapchat

Un jeune homme âgé de 22 ans, originaire du Nigéria et domicilié à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), a récemment été interpellé par la police. Il est suspecté d’escroquerie. La police détient des preuves que le jeune homme aurait escroqué des utilisateurs du réseau social Snapchat en leur revendant des nuitées d’hôtel à l’Ibis d’Emerainville. Le coût total du préjudice s’élève à 2500 euros pour l’hôtel.

La police de Noisel a mis un an pour remonter la piste de l’arnaqueur. La recherche a duré du 1er janvier 2017 au 1er janvier 2018. À chaque coup, celui-ci utilisait un email et une carte bancaire différents. Concrètement, il louait des chambres qu’il revendait à des prix plus élevés, plus précisément à une différence d’environ trente euros.

Prison Selfie

Le jeune homme a été placé en garde à vue, puis relâché. Il devra comparaître devant le tribunal correctionnel de Meaux le 21 juin et sera jugé pour escroquerie.

Sept nuits à des dates différentes

L’arnaqueur se servait des numéros de cartes bancaires de personnes inconnues qu’il a réussi à se procurer. Les réservations et les paiements avaient été effectués par mail. Il fallait ensuite qu’il récupère son badge à l’Ibis avant de revendre la nuitée via l’application gratuite de partage de photos et vidéos éphémères. La dernière étape consistait enfin à remettre la carte aux clients.

Au total, il aurait réservé sept nuits à des dates différentes.

Lorsqu’il vendait les clés des chambres sur Snapchat, l’arnaqueur aurait toujours exigé d’être payé en cash.

« Il n’a pas reconnu les faits »

L’escroc a été pisté grâce à la caméra de surveillance de l’hôtel. Après des semaines d’investigations, les enquêteurs ont réussi à repérer ses allées et venues. En creusant un peu plus, ils ont découvert son adresse mail. Cette dernière était la même que celle qui était utilisée pour l’envoi des mails de réservation et pour le compte Snapchat.

Le mercredi 21 mars, les agents de police ont perquisitionné le domicile du suspect. Ils y ont trouvé une carte d’identité, celle qui aurait été utilisée pour récupérer les clés des chambres.

Il semblerait que, lorsqu’il a été interrogé, le suspect ne s’est pas montré très coopératif. D’après une source proche de l’affaire, « il n’a pas reconnu les faits ».

Mots-clés snapchat