A Grenoble, les dealers recrutent aussi sur Snapchat

Snapchat se trouve peut-être dans une situation compliquée en ce moment, mais cela n’empêche pas la solution d’être très populaire auprès des adolescents et des jeunes adultes. Forts de ce constat, des dealers du quartier Mistral à Grenoble ont eu l’idée d’utiliser l’application pour publier une petite annonce afin de recruter de nouveaux guetteurs.

Le Mistral est un quartier un peu particulier. Il est en effet connu pour être une plaque tournante du trafic de la drogue sur Grenoble et sa région.

Snapchat

En 2015, un trafiquant repenti s’était ainsi longuement entretenu avec nos confrères du Monde, révélant du même coup de précieuses informations sur l’économie souterraine du quartier.

Des dealers ont cherché à recruter des guetteurs sur Snapchat

L’homme avait ainsi donné de nombreux détails sur le fonctionnement de l’organisation et sur son implémentation au sein du quartier. L’affaire avait été très médiatisée à l’époque et ce témoignage avait débouché à l’époque sur la mise en examen d’une dizaine de personnes.

Cet impressionnant coup de filet des autorités n’a cependant pas mis un terme au trafic et le Mistral semble être toujours très actif.

Preuve en est, plus tôt dans la semaine, une petite annonce a été publiée sur Snapchat sous le nom “Mistral Capitale du Stup”. L’intitulé était court, mais direct et le titulaire du compte déclarait ainsi rechercher un ou plusieurs guetteurs afin de faciliter le travail des vendeurs et des fournisseurs au sein du quartier.

Plus loin, l’annonce évoquait également le profil recherché, les horaires de travail ou encore la rémunération proposée.

Les dealers, de plus en plus sur les réseaux sociaux

Le message n’est évidemment pas passé inaperçu et il a ainsi été très relayé sur les réseaux sociaux dans les heures suivant sa publication, pour finir par être repris par des médias locaux.

Cette histoire peut surprendre, mais ce n’est pas la première fois que des dealers s’appuient sur les réseaux sociaux pour mettre en avant leur activité et trouver de nouvelles recrues ou de nouveaux clients.

Le mois dernier, des trafiquants originaires de Toulouse ont ainsi créé sur Google Maps un point de vente virtuel afin de donner un peu plus de visibilité à leurs vendeurs. Le repère était resté en ligne pendant plusieurs heures avant d’être supprimé par Google.

Durant l’été, les forces de l’ordre ont également eu la surprise de découvrir que certains dealers avaient mis en place des cartes de fidélité donnant accès à des réductions sur leurs marchandises afin de donner envie à leurs clients de revenir.

Mots-clés insolitesnapchat