A Hong Kong, une personne aurait attrapé le Covid-19 une seconde fois

Les questions se posent quant à la durée de l’immunité face au Covid-19, après une guérison. De précédentes études ont avancé l’hypothèse selon laquelle les personnes ayant déjà contracté la maladie pouvaient encore être réinfectées par le virus.

Le 24 août 2020, des chercheurs de la Faculté de Médecine de l’université de Hong Kong ont fourni une nouvelle preuve qui confirme cette hypothèse. Ces derniers ont annoncé avoir identifié le premier cas de réinfection au Covid-19 dans le monde.

Une femme portant un masque pour se protéger du coronavirus

Photo de Juraj Varga. Crédits Pixabay

Cette découverte soulève des questions concernant la durabilité de l’immunité face au Covid-19, qu’elle soit acquise naturellement ou par l’injection d’un vaccin.

Un patient qui a fait une rechute quatre mois après sa guérison

La détection de ce nouveau cas de réinfection s’est faite par hasard. La personne qui a contracté le Covid-19 une seconde fois est un homme âgé de 33 ans, résidant à Hong Kong. D’après le site Science Alert, ce dernier est passé par un contrôle de routine à l’aéroport de Hong Kong après un séjour en Europe.

À l’issue du test PCR, il a découvert à sa grande surprise qu’il était positif au Covid-19. Cela est d’autant plus étonnant sachant qu’il y a quatre mois et demi de cela, il a déjà été infecté par le Coronavirus. Après sa guérison, il pensait qu’il était immunisé contre la maladie, surtout dans un laps de temps aussi court.

À lire aussi : Les enfants, vecteurs de propagation du Covid-19 ?

Des signatures virales complètement différentes

Les chercheurs se sont penchés sur son cas pour déterminer s’il a de nouveau été infecté ou s’il a juste souffert d’une rechute. Pour ce faire, ils ont séquencé les deux souches du virus du patient et ont comparé leurs génomes. Ils ont alors découvert que leur signature virale n’était pas la même et appartenait à des Coronavirus de lignées différentes.

La première souche provient d’échantillons collectés entre mars et avril 2020. La deuxième souche correspond à un virus détecté en Europe, où le patient se trouvait, en juillet et en août 2020.

« Le virus continue sans cesse de muter. Il est peu probable que le patient ait attrapé le second virus durant la première infection », a expliqué Kelvin Kai-Wang To, microbiologiste à l’université de Hong Kong.

Il a ajouté que les résultats de cette étude sont importants et prouvent que « l’immunité à l’infection du Covid-19 n’est pas durable – en fait, une réinfection peut se produire très rapidement. »

À lire aussi : L’homme fort de l’OMS espère qu’on en aura fini avec le Covid-19 sous deux ans