A la recherche de l’anneau disparu de Mars

Mars fait actuellement figure de planète aride et hostile à la vie, mais il n’en a pas toujours été de même. Grâce aux nombreuses études menées au sujet de la planète rouge, nous savons ainsi que cette dernière était très différente dans son lointain passé.

Et en réalité, elle l’était peut-être même plus que nous le pensons. D’après une nouvelle étude, la planète rouge s’accompagnait peut-être d’un anneau de gravats et de corps stellaires dans ses jeunes années.

Un paysage évoquant l'aridité de Mars

Photo de Juli Kosolapova – Unsplash

L’idée n’est pas nouvelle. En 2017, deux chercheurs ont en effet publié une étude portant sur cet anneau disparu.

Mars, une planète qui a beaucoup changé

En effectuant des simulations que la plus grande des deux lunes martiennes, Phobos, les chercheurs ont en effet réalisé que cette dernière s’était peut-être formée suite à une collision entre Mars et un immense astéroïde. Dans leur étude, ils soutenaient ainsi que la violence du choc avait pu donner naissance à un anneau de débris. Anneau duquel aurait ensuite émergé la lune.

Et justement, une toute nouvelle étude menée par l’astronome Matija Cuk, de l’Institut SETI, semble aller dans le même sens.

L’étude en question porte sur Deimos, et plus précisément sur une singularité propre à la lune. Cette dernière est en effet légèrement inclinée par rapport à l’équateur de la planète rouge. Une incohérence allant à l’encontre des modèles actuels.

À lire aussi : Curiosity a fait une nouvelle découverte sur Mars

Des incohérences au niveau des lunes martiennes

En soi, l’inclinaison en question n’est pas très significative et elle atteint les 1,8 ° par rapport à l’équateur de Mars. L’orbite, elle, n’a rien d’anormale et la lune a ainsi besoin d’une trentaine d’heure pour faire le tour de sa planète.

Toutefois, l’inclinaison de Deimos n’est qu’une partie du problème. Phobos, de son côté, a aussi un comportement anormal. La lune suit une orbite de 7 heures 39 minutes en moyenne et elle se rapproche de Mars de 1,8 centimètre par an. Pire encore, d’ici une centaine de millions d’années, Phobos devrait atteindre la limite à ne pas franchir et être alors déchirée par la force gravitationnelle de la planète rouge.

Ce qui ne se traduira pas forcément par la disparition de la lune. En réalité, d’après les modèles actuels, les débris de la lune devraient finir par former un nouvel anneau… et donner vie à une nouvelle lune.

À lire aussi : On a résolu le mystère des coulées de lave sur Mars

Rien ne se perd, tout se transforme

Et si l’on en croit les recherches menée en 2017, ce phénomène se serait produit plusieurs fois depuis la naissance de Mars.

Or justement, d’après Matija Cuk et son équipe, l’inclinaison inhabituelle de Deimos pourrait résulter de l’influence d’un anneau.

La chercheuse va même plus loin. Elle suppose en effet que Deimos a été totalement détruit il y a environ 3,9 milliards d’années suite à un bombardement massif. La lune se serait ensuite réassemblée, mais l’influence gravitationnel de ce supposé anneau aurait perturbé son inclinaison.

Il est cependant important de signaler qu’à ce stade, ces conclusions ne sont qu’une simple théorie. Il faudra collecter plus de données pour être en mesure de déterminer si cette hypothèse est fondée. Le hasard faisant bien les choses, la JAXA compte justement envoyer une sonde sur Phobos en 2024 et récolter des échantillons de sa surface.

À lire aussi : Les chercheurs ont trouvé une nouvelle preuve de l’existence d’anciennes rivières martiennes

Mots-clés mars