A la recherche des météorites perdues en Antarctique

Chaque année, la surface de la Terre est touchée par environ 500 météorites. La plupart de ces éléments tombés du ciel sont des météorites rocheuses, c’est-à-dire des fragments d’astéroïdes brisés. Seulement 5% d’entre eux comportent du fer météorique, un alliage de fer et de nickel. Les chercheurs pensent que ces météorites ferreuses proviennent des noyaux des protoplanètes de l’univers primitif, qui se sont assemblées pour former les planètes du système solaire.

Les scientifiques estiment ainsi que les météorites de fer renferment de précieux secrets concernant l’histoire de l’univers.

Lac subglaciaire

Crédits Pixabay

C’est pourquoi une équipe constituée de cinq scientifiques britanniques va partir en Antarctique pour trouver des météorites sous la calotte glaciaire. L’expédition durera six semaines. Les experts espèrent y découvrir jusqu’à cinq météorites ferreuses rares.

La zone d’étude mesure environ douze kilomètres carrés. Une autre étude, effectuée par Andrew Smedley, de l’Université de Manchester, a suggéré que la couche de glace pourrait renfermer des météorites de fer en abondance à cet endroit.

Pour reconstituer l’histoire du système solaire

Les chercheurs pensent que, au fil des ans, à cause des mouvements des glaces, les météorites se sont concentrées sur cette zone. De plus, la glace permettrait une meilleure conservation des météorites que la surface terrestre.

« Les météorites sont bien conservées dans la glace et ne sont pas trop altérées par les pluies fréquentes, qui peuvent les contaminer partiellement ailleurs », a déclaré la météorologiste Katherine Joy, de l’Université de Manchester, une des chefs de l’expédition baptisée Météorites perdues de l’Antarctique.

L’experte a souligné que les météorites de fer sont de couleur sombre. Elles seraient, donc,  faciles à repérer dans la surface blanche de la glace. « Ce groupe de météorites a un intérêt scientifique intrinsèque en ce sens qu’il nous raconte comment de petits corps se sont formés et ont évolué au début de l’histoire du système solaire, il y a environ 4,5 milliards d’années », a-t-elle souligné.

Deux réseaux spécialisés de détecteurs de métaux

Pour mener à bien la mission, les scientifiques sont équipés de deux réseaux spécialisés de  détecteurs de métaux remorqués par des motoneiges. Chacun de ces instruments comporte cinq détecteurs d’environ 1 m de large.

Cette combinaison permet aux chercheurs de fouiller une bande de glace de 10 m de large au fur et à mesure qu’ils se déplacent. La fouille commencera près de la chaîne de montagnes Shackleton, au sud-est de la mer de Weddell et à environ 750 km au sud de la station Halley.