A New York, le sexe c’est avec un masque

Avec le déconfinement qui se met en place petit à petit un peu partout dans le monde, les gens commencent à se revoir. Mais comme le virus n’a pas encore totalement disparu, chaque pays ou chaque ville essaie d’appliquer les mesures jugées nécessaires. Pour le cas de la ville de New York, les responsables s’inquiètent surtout par rapport à la protection des habitants lors des rapports sexuels.

Un guide sur les pratiques sexuelles du nom de « Safer Sex and Covid-19 » est ainsi sorti et est destiné aux New-Yorkais. Ce guide donne des conseils par rapport aux bons gestes à adopter pour se protéger contre la propagation du virus lors des relations intimes, et une des directives données est de ne pas se séparer de son masque même pendant les rapports sexuels.

Crédits Pixabay

D’après ce que l’on peut lire dans le document, celui-ci est basé sur le fait que l’on en sait très peu sur la transmission du Covid-19 par voie vaginale ou anale. Il y a cependant eu certaines études qui  ont retrouvé des traces du coronavirus dans le sperme.

Une liste de points à respecter

L’une des premières directives données par le guide new-yorkais est évidemment de rester chez soi autant que possible, mais ce n’est qu’un début. Les responsables savent bien qu’après tout ce temps passé en confinement, les habitants ne manqueront pas d’aller rejoindre leur partenaire pour passer de bons moments.

Il est ainsi conseillé dans le document de ne jamais oublier de se nettoyer les mains avec du gel hydroalcoolique et de toujours bien aérer l’endroit où l’on se trouve. Et puis, même si certains préféreront se débarrasser de leurs vêtements pour être plus à l’aise, il ne faudra pas oublier de bien garder son masque sur son visage. Aussi, il faut choisir des positions qui ne viendront pas mettre les partenaires face à face.

À lire aussi : Covid-19, le CDC Thaïlandais déconseille le sexe pour les malades guéris

Trouver des alternatives

Le masque c’est surtout lorsque les deux parties voudront à tout prix se rencontrer physiquement. Le guide conseille en effet de privilégier les formes de relation intime qui ne nécessitent pas de contact entre deux personnes. Il y a par exemple la masturbation, mais aussi le sexe virtuel qui se passe par l’intermédiaire d’un écran et d’une webcam.

En tout cas, un guide reste un guide et on n’est pas sûr à 100 % que tout le monde va penser à suivre les directives qui y sont données. Toutefois, c’est quand même un moyen comme un autre de sensibiliser la population face à la propagation du coronavirus.

À lire aussi : Le Royaume-Uni moqué pour une loi jugée anti-sexe