A Paris, il y a de faux immeubles où personne n’habite

À Paris, rapporte le Figaro, il y a une dizaine d’étranges édifices qui, vus de l’extérieur, ressemblent à des immeubles d’habitation. Ils ont les caractéristiques d’un immeuble parisien ordinaire. Pourtant, aucune personne n’habite dans ces lieux mystérieux. Il suffit de s’en approcher de plus près pour constater que ces maisons ne comportent ni portes, ni poignées, ni digicodes.

En effet, ces grands bâtiments ne sont pas des logements.

Crédits Pixabay

En réalité, ces édifices abritent les grilles d’aération du métro et certains d’entre eux sont d’ailleurs visibles via Google Earth. En fait, les façades de tous ces bâtiments sont factices.

Depuis leur création, ces immeubles n’abritent aucun locataire, mais ils ont un numéro et un nom de rue. Ce sont des lieux d’acheminement qui permettent d’évacuer l’air pollué qui circule dans des endroits souterrains.

Douze édifices aux intérieurs bien camouflés

Ces immeubles particuliers sont au nombre de douze. Sept d’entre eux appartiennent à la RATP et servent d’immenses puits de ventilation pour des lignes de RER. C’est le cas de celui qui se trouve au « 145 rue La Fayette », dont l’ouverture a été installée au début des années 80. Il comporte la mention : « RATP-Accès pompiers ».

Parmi les cinq autres immeubles factices, trois sont détenus par EDF. D’énormes transformateurs y sont camouflés. Le quatrième, situé dans le XVIIe arrondissement, abrite un centre de traitement de données. Le cinquième est localisé dans le IIIe arrondissement.

Quand l’illusionnisme se met au profit de l’urbanisme

En 2006, deux artistes ont collé une plaque de bois sur le mur de l’immeuble du troisième. Au milieu de cette installation, on peut apercevoir l’image d’une grande porte de couleur verte. Elle donne l’illusion d’une véritable entrée d’un véritable bâtiment d’habitation. Une sonnette et une fausse boîte aux lettres y ont même été installées.

La signature des artistes, « J.B & S.B Spécialistes », a été laissée sur une plaque indiquant le numéro de rue. Pour les passants, cela semble évident qu’il s’agit de l’adresse du lieu. À présent, les nombreux graffitis dessinés sur les façades de l’immeuble obligent la mairie à effectuer régulièrement quelques nettoyages.