A Pompéi, des archéologues ont découvert un cerveau vitrifié

D’après une étude récemment publiée dans la revue New England Journal of Medicine, des archéologues auraient retrouvé de la matière cérébrale vitrifiée, c’est-à-dire transformée en verre, sur le site de l’ancienne ville de Pompéi, détruite par une éruption volcanique en 79 de notre ère.

Le corps auquel appartient le cerveau en question avait été découvert dans les années 60 au Collegium Augustalium à Herculanum. Selon les informations, lors de sa découverte, il était couché sur un lit en bois et était recouvert de cendre volcanique. Ce n’est que des années plus tard que des chercheurs ont découvert que le cerveau de la victime était vitrifié au lieu d’être saponifié.

Crédits Pixabay

Selon Pier Paolo Petrone, qui est le premier auteur de l’étude, il est très rare de découvrir des restes de cerveau ancien, mais celui découvert à Pompéi est le premier cas de cerveau humain vitrifié à cause de la chaleur produite par une éruption volcanique.

La cause probable de la vitrification

Selon l’article publié par Petrone, la vitrification est le processus de transformation du tissu organique en verre ou en glaçure lorsqu’il est exposé à une chaleur intense. Dans le cas de la victime de l’éruption du Vésuve, la chaleur au Collegium a très bien pu atteindre les 520 degrés Celsius, si l’on se réfère à l’état du bois carbonisé retrouvé sur le site.

En général, lorsqu’on découvre du tissu cérébral lors de fouilles archéologiques, celui-ci est saponifié. Ce processus concerne la transformation des triglycérides en glycérol et en acides gras, autrement dit en savon. Cela montre à quel point la découverte du cerveau vitrifié est un cas extrêmement rare.

Les archéologues ont aussi découvert une masse spongieuse solidifiée autour des os du thorax de la victime. Petrone explique que les nuages volcaniques provenant du Vésuve étaient alors assez chauds pour brûler la graisse et vaporiser les tissus mous.

La découverte des restes de cerveau

Petrone a travaillé sur le site de l’Herculanum depuis la moitié des années 90. Il n’a cependant découvert le cerveau vitrifié que des années après ses débuts. Selon ses dires, il était en train d’examiner la dernière des victimes encore sur le site lorsqu’il a remarqué qu’une sorte de matière noire brillante apparaissait à l’intérieur du crâne.

Après avoir examiné de plus près, le chercheur a conclu qu’il s’agissait de petits fragments noirs avec une apparence qui rappelle celle du verre. Ces fragments ressemblaient à des morceaux d’obsidienne, mais semblaient être plus fragiles.

Les chercheurs continuent de faire des découvertes sur le site de l’un des pires éruptions volcaniques de notre histoire. La ville de Pompéi avait alors été touchée de plein fouet et avait été complètement rasée. Les habitants, quant à eux, ont fini brûlés et transformés en cendre par la chaleur intense de l’explosion. Aujourd’hui encore, on peut voir d’anciens habitants de la ville complètement statufiés à cause de la cendre volcanique.

Mots-clés archéologie