A quoi sert le micro-blogging ?

Tout le monde, ou presque, a déjà entendu parler de Twitter. Et certains ont même déjà utilisé Jaiku. Mais quand des néophytes vous demandent ce qu’est le micro-blogging, force est de constater que la réponse ne coule pas toujours de source. Et oui, le quotidien numérique des Geeks n’est souvent facile à expliquer. Cela dit, on peut au moins essayer…

« Dis, Fred, ça sert à quoi le micro-blogging ? »

C’est en vidant quelques pintes avec des amis que je me suis rendu compte qu’il n’est pas simple d’expliquer le principe et la philosophie d’un outil comme Twitter. Et ce même en l’utilisant tous les jours (ou presque), en étant habitué aux nouvelles technologies et en baignant dedans depuis des années. Il ne m’en fallait pas plus pour me lancer dans la rédaction de ce billet.

Si le micro-blogging est aussi difficile à expliquer, c’est en partie parce qu’il a plusieurs utilités et qu’il ne peut pas se confiner à un seul rôle. Dans une émission de France 5, un ami m’a dit que le micro-blogging avait été décrit comme « le sms du blogueur ». Si cette définition est en partie vraie, il est aussi évident qu’elle a été imaginée par quelqu’un qui ne connaît rien aux nouvelles technologies et à l’impact qu’elles ont sur notre quotidien.

Pour commencer, on peut dire que le micro-blogging est avant tout un outil de communication différé qui se rapproche pas mal des forums de discussion, à ceci prêt que les sujets y sont beaucoup plus succincts, beaucoup plus courts. On peut y poser des questions, parler de tout, de rien et communiquer sur des points qui ne nécessitent pas un développement conséquent.

Ensuite, le micro-blogging peut être utilisé comme un outil de veille. Nombreux sont ceux à utiliser Twitter, Jaiku ou Pownce pour diffuser des informations de manière ponctuelle et attirer notre attention sur des produits ou services peu connus. Le plus intéressant, c’est qu’avec la notification par mails ou par sms, il est possible de rester connecté en permanence et d’avoir, où que l’on soit, un accès à l’information de notre choix.

Pour le blogueur, les services de micro-blogging possèdent un autre intérêt, celui de créer un lien avec ses lecteurs. En le suivant, ces derniers peuvent découvrir l’homme derrière le blog et en apprendre davantage sur lui ainsi que sur son quotidien. C’est un bon moyen de dissocier le média de l’homme qui l’alimente, d’autant plus que tous les blogueurs ne parlent pas forcément de leur vie et de leurs expériences sur leur(s) blog(s).

L’aspect promotionnel de ces services n’est pas non plus à prendre à la légère. S’ils ne sont pas nécessairement des journalistes, les blogueurs n’en sont pas moins diffuseur de contenu. Parfois, ils sont même plus lus que des quotidiens ou mensuels papier et, en ce sens, ils représentent une réelle aubaine pour des sociétés qui souhaitent communiquer sur leurs produits ou leurs services.

La plupart du temps, l’entreprise qui souhaite présenter son service au blogueur le fait par mail. Seulement, ce dernier en reçoit déjà plus d’une centaine par jour, si bien qu’il ne répond pas systématiquement présent à toutes les demandes. En le frappant directement au cœur, et donc en passant par une plateforme dont il est friand, l’entreprise a plus de chances d’obtenir son attention.

Alors évidemment, la liste n’est pas exhaustive mais on voit bien que le micro-blogging n’est pas si facile à expliquer et qu’il est impossible à résumer en quelques mots. Ces nouveaux services fonctionnent comme des couteaux suisses numériques qui permettent de communiquer comme d’informer et partager sur des sujets donnés, le tout au sein d’une communauté spécialisée et réunie autour de passions communes.

Comme quoi, on est loin, mais alors très loin, du simple sms pour blogueurs.

Finalement, cette émission sur France 5 m’aura au moins fait prendre conscience d’une chose : les journalistes sont parfois les derniers à savoir de quoi ils parlent.