Le Télescope d’Arecibo victime d’un nouvel accident

Outre la pandémie de Covid-19, l’année 2020 semble aussi être une assez mauvaise année pour les astronomes, notamment ceux qui travaillent avec l’Arecibo Observatory se trouvant à Puerto Rico. Le télescope géant vient en effet d’être la victime d’un accident, le deuxième en l’espace de quelques mois.

Les problèmes à Arecibo ont commencé vers le mois d’août de cette année. Un des câbles auxiliaires s’est cassé et sa chute a causé des dégâts énormes au niveau du réflecteur parabolique. Depuis, les ingénieurs et les techniciens de l’observatoire ont procédé à des préparations avant de pouvoir commencer les travaux de réparation proprement dits. Ils ont toutefois été pris de court avec ce récent incident qui s’est produit le vendredi 6 novembre dernier, et qui a vu la rupture d’un deuxième câble, causant encore plus de dégâts.

Crédits Pixabay

D’après Francisco Cordova, directeur de l’observatoire, ce n’est pas du tout ce qu’ils s’attendaient à arriver. Mais heureusement, personne n’a été blessé.

La cause de la seconde rupture

L’UCF ou University of Central Florida, qui gère l’observatoire au nom de la National Science Foundation, a déclaré qu’il semble y avoir un lien entre les deux incidents. Les deux câbles touchés par le problème sont en effet connectés à la même tour de soutien et il est possible que la seconde rupture ait été causée par une tension additionnelle apparue après le premier incident.

Selon les informations, les employés de l’observatoire ont également fait un suivi de tous les câbles après ce qui est arrivé au mois d’août. Ils ont ainsi pu observer que des fils s’étaient cassés au niveau du câble qui vient de lâcher, probablement dû à la charge additionnelle.

Des mesures d’urgence à prendre

Après ce second accident, l’UCF a décidé de faire appel à d’autres ingénieurs pour les aider à évaluer la situation. Ils veulent également accélérer les travaux afin de réduire la tension au niveau des câbles restants. L’on sait ainsi que deux nouveaux câbles sont attendus à l’observatoire pour remplacer ceux qui ont lâché.

Selon Cordova, il y aura encore une grande part d’incertitude jusqu’à ce qu’ils puissent stabiliser la structure. Il a ajouté qu’ils sont actuellement en train d’évaluer la situation avec l’aide d’experts et espèrent avoir bientôt des nouvelles à partager.

Espérons que les travaux de réparation porteront quand même leurs fruits même s’ils semblent a priori assez complexes. L’une des principales sources de difficulté est l’âge des installations qui ont quand même été construites dans les années 60.