Et vous, êtes-vous accro à votre smartphone ?

Pour certains d’entre nous, il est pratiquement inconcevable de passer une journée sans téléphone. Au fil du temps, ce petit appareil est devenu comme une extension de notre bras. Aujourd’hui, on parle carrément d’une addiction au smartphone. À en croire un article publié récemment par le Daily Mail, les jeunes adultes seraient les plus touchés par ce phénomène.

Ce constat est ressorti grâce à une étude menée par des chercheurs du King’s College London. D’après eux, plus d’un tiers des jeunes adultes seraient complètement accro à leur smartphone. Les personnes concernées présenteraient plusieurs symptômes, allant d’un manque de sommeil à de l’anxiété.

Crédits Pixabay

Il faut souligner le fait que l’apparition de ces symptômes ne dépend pas du temps passé quotidiennement devant l’écran d’un smartphone.

Une étude réalisée sur plus de 1000 personnes

Cette étude a été réalisée sur 1 043 personnes âgées de 18 à 30 ans. Dans le cadre de ces recherches, ces dernières ont dû répondre à plusieurs questions. Les experts leur ont notamment demandé des informations sur leur sommeil et à quelle fréquence elles utilisaient leur smartphone au quotidien.

En se basant sur leurs réponses, les chercheurs ont conclu que 39% d’entre elles souffraient d’une addiction au smartphone. On sait qu’environ un quart des volontaires utilisent leur téléphone au moins trois heures par jour. D’autre part, 19% des participants passeraient plus de 5h par jour sur leur smartphone.

A lire aussi : Windows 10 à moins de 8 €

Du mal à se contrôler

Au total, 406 volontaires présenteraient les symptômes d’une addiction au smartphone. D’après les chercheurs, ils n’arriveraient pas à contrôler le temps qu’ils passent devant leur écran, mais que. Ces personnes ressentiraient également de l’anxiété lorsqu’elles sont séparées de leur appareil et auraient tendance à négliger les choses qui les entourent.

Pour le moment, l’addiction au smartphone n’est pas encore considérée comme une maladie. Néanmoins, l’utilisation excessive de ces appareils inquiète de plus en plus les experts.

« Les smartphones sont devenus des éléments indispensables de notre vie quotidienne. Cette étude est une étape importante qui permet d’observer leurs impacts », souligne la psychologue Samantha Sohn, du King’s College London.

Il est à noter que cette étude est la première à utiliser la fameuse « échelle d’addiction au smartphone. » D’après les chercheurs du King’s College London, cet outil a récemment été validé par la communauté scientifique.

Mots-clés psychologie