Activision Blizzard : les actionnaires valident le rachat du studio par Microsoft

68,7 milliards de dollars, tel est le montant astronomique conclu par la direction Activision Blizzard pour que la maison d’édition de jeux soit rachetée par Microsoft. Une opération qui est loin d’être effective puisque les régulateurs et les actionnaires du studio doivent donner leur accord.

Activision Blizzard
©stlegat/123RF.COM

Si les autorités de régulation continuent toujours d’étudier le dossier de rachat, les actionnaires d’Activision Blizzard par contre ont tranché. Ils ont approuvé ce 28 avril la proposition de Microsoft alors que l’un d’entre eux avait intenté un procès à Activision Blizzard prétextant un conflit d’intérêts dans l’opération de rachat conclue.

Les deux parties veulent tout boucler avant juillet 2023

L’accord de rachat d’Activision Blizzard par Microsoft vient de franchir une autre étape décisive grâce au vote favorable des actionnaires de la société. Celui-ci signifie donc que l’opération est en très bonne voie pour être validée définitivement. Un constat partagé par Bobby Kotick, le PDG de l’entreprise américaine :

« Le vote de soutien massif de nos actionnaires aujourd’hui confirme notre conviction commune que, combinés avec Microsoft, nous serons encore mieux positionnés pour créer une grande valeur pour nos joueurs ».

Désormais, les yeux sont tournés vers les autorités de régulation qui examinent actuellement l’opération afin de déterminer si celle-ci est anticoncurrentielle ou pas. Sans leur aval, l’opération ne pourra pas être validée avant juillet 2023 comme voulu par les deux parties. Cette situation rend très méfiants les investisseurs. Ces derniers craignent que la FTC n’invalide l’opération au nom de la concurrence comme elle l’a déjà fait à plusieurs reprises par le passé.

Ce qui explique d’ailleurs le fait que les investisseurs proposent une somme inférieure à 95 dollars en ce qui concerne les actions d’Activision Blizzard. Cette somme, il faut le rappeler, représente le montant proposé par Microsoft pour racheter chacune des actions du studio américain.

Activision Blizzard toujours confronté à des problèmes en interne

Le PDG Bobby Kotick a également indiqué que l’opération, une fois conclue, devrait permettre à la société de poursuivre ses efforts afin de devenir une entreprise accueillante, respectueuse et inclusive pour ses employés.

Une déclaration qui fait écho aux nombreuses affaires de harcèlement sexuel et de pratiques discriminatoires auxquelles Activision Blizzard fait face depuis de nombreux mois. Le PDG est même accusé de n’avoir rien fait pendant des années alors qu’il était au courant des accusations d’inconduite sexuelle et de viol touchant certains de ses employés.

Récemment, le studio a dû se résoudre à dédommager ses salariés victimes de harcèlement à hauteur de 18 millions de dollars. Par la voix de son PDG, il a également annoncé qu’il allait désormais mettre en place une politique de tolérance zéro contre le harcèlement tout en investissant près de 250 millions de dollars pour apporter plus de diversité dans ses profils d’employés.

Des mesures qui n’ont pas pour autant mis fin à la colère des employés. Les travailleurs de Raven Software qui étaient en grève au moment de l’annonce de la proposition d’acquisition de Microsoft ont fini par créer le premier syndicat d’une grande entreprise américaine de jeux vidéo.

La direction n’a malheureusement pas reconnu le syndicat. Ce qui a amené les employés de Raven Software à demander l’aide du National Labor Relations Board. Malgré les protestations d’Activision Blizzard, l’agence fédérale américaine chargée des élections syndicales a autorisé les travailleurs de Raven Software à procéder à un vote pour faire reconnaitre leur syndicat.

Ledit plébiscite aura lieu par courrier dans la période allant du 29 avril au 20 mai.

Source : TechCrunch

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.