Actuellement en difficulté, Leap Motion aurait été approché par Apple… deux fois

Pépite en matière de reconnaissance des mouvements, la start-up Leap Motion, fondée en 2010 par Michael Buckwald et David Holz, aurait été approchée à deux reprises par Apple en vue d’une acquisition. Pourtant en difficulté financière depuis des années, le groupe aurait décliné les offres de rachat successivement formulées par la marque à la pomme en 2013, et au printemps dernier. Une posture surprenante qu’il faudrait notamment imputer au tempérament de David Holz. L’ingénieur, à qui l’on doit la technologie exploitée par Leap Motion, aurait refusé de travailler avec la firme de Cupertino, la jugeant peu innovante.

Selon les sources de Business Insider, proches de Leap Motion, la dernière offre d’Apple aurait pourtant failli aboutir à un accord, pour un montant total compris entre 30 et 50 millions de dollars. Une fraction de la valeur estimée de Leap Motion, qui atteint les 306 millions de dollars, précise le média.

La firme à la pomme aurait tenté de racheter Leap Motion à deux reprises, sans succès. La seconde tentative, au printemps dernier, aurait failli aboutir pour un montant total de 30 à 50 millions de dollars.

Au travers de ce nouvel échec des négociations entre la direction de Leap Motion et Apple, ce sont les chances de survie du groupe qui s’amenuisent. Bien que prometteuse, la technologie mise au point par la start-up est encore loin de se positionner comme un succès commercial. Initialement présentée comme une alternative au duo clavier / souris, cette dernière n’était parvenue à intéresser que HP, avant que son utilisation ne soit recentrée sur un domaine d’application différent : celui de la réalité virtuelle… pour un succès commercial là aussi tout relatif.

Je ne travaillerais jamais avec ces mecs, ils sont le diable

Dans cette affaire, l’intérêt d’Apple ne touchait de toute façon pas à la technologie de Leap Motion en elle-même, mais plutôt aux différentes propriétés intellectuelles détenues par la start-up. La firme à la pomme aurait par ailleurs fait montre d’un désir tout particulier de s’acheter les services des “rockstars” de Leap Motion. Un terme élogieux qu’Apple aurait employé pour qualifier les jeunes talents intégrés aux effectifs du groupe.

Des approches restées lettres mortes suite aux prises de positions radicales de David Holz à l’idée d’un rachat par Apple. L’intéressé aurait notamment fait l’éloge d’Android face aux représentants de la marque, ajoutant que leurs produits “craignent” et qu’il n’y avait plus d’innovation chez Apple.

C’est pour cette raison que l’accord avec Apple n’a pas pu être conclu”, a expliqué un employé de Leap Motion à Business Insider. “David [Holz], disait ‘Je ne travaillerais jamais avec ces mecs, ils sont le diable’“.

Officiellement, le discours du jeune groupe n’en est pas moins policé. Contacté par le média, un porte-parole de la start-up a confirmé que Leap Motion fait “souvent l’objet d’offres de rachat émises par de plus grosses entreprises, qui comprennent la valeur de son équipe et l’importance cruciale de sa technologie et de ses recherches pour le futur de l’informatique“. D’après les sources de Business Insider, il se dirait pourtant au sein de l’entreprise que l’offre formulée par Apple au printemps était la dernière opportunité que Leap Motion aurait pu saisir pour se sortir de ses interminables tracas financiers.

Apple, pour sa part, n’a pas souhaité s’exprimer sur ce dossier. Rien de surprenant ici, la firme à la pomme refuse systématiquement de commenter ses rachats ou ses tentatives d’acquisitions.

Mots-clés appleleap motion