Affaire Blizzard : Epic Games profite de la situation pour se faire bien voir de l’opinion publique

Si Blizzard ne cautionne aucune manifestation politique, il n’en est pas de même pour Epic Games, le développeur de Fortnite. Pour rappel, Blizzard a récemment sanctionné un joueur hongkongais qui avait clamé à l’antenne la libération de son pays, ce qui n’a pas manqué d’enflammer la toile.

Alors qu’il pensait bien faire, l’impartialité de Blizzard l’a mis dans une situation compliquée et son rival, Epic Games a décidé d’en profiter pour gagner le cœur d’une partie du public. Dans un communiqué, l’éditeur a déclaré que chez Epic Games, aucune loi ne punit les joueurs de tenir des discours politiques.

Facepalm

Crédits Pixabay

La liberté d’expression est de mise chez Epic Games qui estime que nul ne devrait être puni pour avoir dit à haute voix son opinion.

Le joueur pro sanctionné ne regrette rien

Pour la petite histoire, Chung « Blitzchung » Ng Wai est un joueur professionnel de Hearthstone. Participant au tournoi des Grandmasters, ce dernier a profité d’une interview post-match pour faire appel à la libération de son pays. « Libérez Hong Kong. La révolution de notre âge ! », a-t-il clamé à l’antenne.

Cette déclaration lui a coûté d’être privée de compétition pendant un an à compter du 5 octobre 2019, ainsi que le retrait de ses gains (environ 10 000 dollars) par Blizzard. L’éditeur a indiqué que Blitzchung avait violé la règle de concurrence de la société qui stipule que toute action susceptible d’offenser une partie du public ou de dénigrer l’image de l’organisme est sanctionnée.

De lourdes sanctions qui ne semblent cependant pas atteindre le jeune Blitzchung. « Je n’ai aucun regret, même après cette sanction, je ne regrette rien du tout », a-t-il annoncé lors d’une interview avec l’AFP.

Blizzard critiqué de toute part

Bien évidemment, la décision de Blizzard n’est pas passée inaperçue, et a soulevé beaucoup d’indignation sur la toile. L’éditeur a été vivement critiqué par les internautes, les joueurs et même par ses employés.

Une situation profitable pour Epic Games qui n’a pas tardé à s’exprimer, histoire d’enfoncer le clou. Pour le développeur de Fortnite, rien ne justifie cette sanction, car chacun est libre de ses choix et opinions.

Du côté du public, des fans en colère appellent au boycottage de Hearthstone, World of Warcraft et Overwatch. Même les sénateurs américains se sont manifestés, estimant que Blizzard ne veut visiblement pas se brouiller avec le gouvernement chinois, d’où sa volonté de ne pas prendre parti.

Mots-clés blizzardepic games