«.africa», l’Afrique possède maintenant son propre nom de domaine Internet

Trente ans après « .com », onze ans après « .eu » et neuf ans après « .asia », l’Afrique a désormais droit à « .africa », son propre nom de domaine Internet. L’extension a été autorisée et déléguée par l’autorité mondiale de la régulation du web, l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann). La nouvelle a été annoncée par l’Union africaine (UA) lors de son 29ème sommet à Addis-Abeba.

Cela fait quatre ans que le projet est en gestation. Il s’agit d’une initiative africaine pour les Africains, notamment pour les entreprises et organisations africaines.

Clavier

Le nouveau nom de domaine s’adresse également aux personnes intéressées, associées ou bien connectées aux marchés africains.

L’Afrique a enfin son propre nom de domaine

Ouvert à tous les pays du continent, « .africa » est officiellement disponible depuis le 4 juillet 2017. Il faudra débourser dix-huit dollars pour rattacher la nouvelle extension à l’adresse de son site web.

« .africa » est une initiative de Nkosazana Ndlamini-Zuma, l’ancienne présidente de la Commission de l’UA. Elle estime en effet qu’il est temps pour l’Afrique de « réclamer sa propre identité numérique », et pouvoir ainsi « raconter sa propre histoire ». L’Afrique peut désormais se targuer de rejoindre les groupes des continents qui disposent de leur propre extension internet, dont l’Europe et l’Asie.

Les instances officielles africaines prévoient de lancer une campagne pour encourager les entreprises et les organisations à adopter le nouveau nom de domaine. Elle devrait durer dans les six mois et ciblera tous les pays du continent africain.

Pour diminuer le coût des noms de domaine

Selon Lucky Masisela, directeur de ZA Central Registry, la société en charge de gérer « .africa », ce dernier « va venir perturber le marché et permettra de diminuer le coût des noms de domaine. » Il ne coûtera en effet que 18 dollars (soit environ 17 euros), ce qui revient nettement moins cher que d’enregistrer son site sur une extension locale.

Cela peut en effet coûter jusque dans les 200 voire même 2 000 dollars chez certains pays africains.

Le nouveau nom de domaine représente ainsi une alternative plus économique pour les acteurs du web africain. L’Union africaine prévoit d’utiliser les revenus du lancement de « .africa » pour financer sa Commission. Sur le long terme, elle espère ainsi moins dépendre des donateurs internationaux, qui sont à l’origine de presque 70 % de son budget.

Mots-clés web