Airbnb : la Mairie de Paris lance un site pour balancer ses voisins

Airbnb se trouve dans le collimateur des autorités depuis un moment. La Mairie de Paris a visiblement décidé de passer à la vitesse supérieure car elle vient de lancer un nouveau service afin de permettre aux internautes de… dénoncer ses voisins. Et non, ce n’est pas une plaisanterie, la capitale cherche bien à remettre la délation à l’ordre du jour.

A la base, Airbnb a été créé pour faciliter la vie aux touristes. Les internautes peuvent en effet se rendre sur le service pour trouver des locations chez l’habitant et trier les petites annonces en fonction de plein de critères amusants.

Paris Airbnb

Paris et Airbnb ne s’aiment plus.

En l’espace de huit ans, il est devenu un incontournable sur le secteur et l’entreprise est même valorisée à plusieurs milliards de dollars.

Airbnb est très populaire, peut-être un peu trop d’ailleurs

Pas mal de gens l’utilisent aussi pour arrondir leurs fins de mois et cela représente un véritable problème aux yeux des autorités françaises car il est formellement interdit de sous-louer une pièce dont la surface ne dépasse pas les 9 mètres carrés ou les 20 mètres cubes.

Sentant le vent tourner, Airbnb a fait de gros efforts ces dernières années et le service a notamment mis en place un système pour collecter la taxe de séjour en août 2015 pour le compte de ses hôtes parisiens.

Mais voilà, au début de l’année, l’affaire a pris un tout nouveau tournant et l’Assemblée nationale a ainsi décidé de durcir le ton en ajoutant un amendement au projet de loi pour une république numérique, un amendement qui prévoit une amende et même une peine de prison pour toutes les personnes louant leur bien sur ce genre de plateformes sans l’autorisation écrite de leur propriétaire.

En février, le tribunal de Grande Instance de Paris a d’ailleurs condamné pour la première fois un locataire qui avait mis une de ses chambres en sous-location sur Airbnb. Il a été condamné à payer 2 000 € de dommages et intérêts à son propriétaire.

Dénonce ton voisin !

Quelques mois plus tard, c’est un couple qui a été condamné à 5 000 € de dédommagement pour les mêmes raisons.

Il a même du quitter son logement dans la foulée.

Il faut croire que cela ne suffit pas à la Mairie de Paris puisque la ville vient d’enrichir le site opendata.paris.fr avec de nouvelles données portant sur les locations disponibles légalement en sous-location. A la base, cela part plutôt d’un bon sentiment mais le problème c’est que le site incite aussi les parisiens à signaler aux autorités un voisin qui ne respecterait pas les règles.

Et il y en a visiblement un sacré paquet puisque le site liste une centaine de location, contre plusieurs dizaines de milliers du côté de Airbnb.

 

Mots-clés airbnbtourismeweb