Airbus A340, le premier Airbus équipé d’ailes laminaires

L’aviation est aujourd’hui le meilleur moyen de se déplacer rapidement entre divers pays et continents. Les chercheurs et entreprises aériennes œuvrent donc à faire évoluer ce domaine pour alléger les coûts de déplacement des avions. Le mardi 26 septembre 2017, l’Airbus A340, le premier Airbus équipé d’ailes laminaires expérimentales a effectué à 11h son premier vol depuis Tarbes pour atterrir en Toulouse.

Ce projet d’Airbus, le constructeur aéronautique européen l’a été baptisé « BLADE », il consiste à équiper les avions d’ailes plus épaisses à l’arrière et au revêtement plus lisse. Les ailes permettront de faire des économies énergétiques importantes grâce à son système permettant au carburant de mieux s’écouler.

L’avionneur européen est plein d’espoir par rapport à ce projet. Le succès de ce projet influera certainement sur le prix des billets d’avion.

Le projet « BLADE »

Le projet BLADE désignant Breakthrough Laminor Aircraft Demonstrator in Europe sera testé en 150 heures de vol divisées en deux campagnes d’essais dont la première se déroulera jusqu’à la fin de cette année 2017 et la seconde tout le long de l’année 2018.

Il est soutenu par la Commission européenne avec un budget total de 190 millions d’euros dont les 90 millions sont à la charge d’Airbus. Le premier vol de l’Airbus A340 a été un succès total. Hugues Van der Stichel, l’un de ses pilotes a affirmé pendant la descente de l’avion : « ça été un vol magnifique ».

Des énormes économies en carburant

L’aile laminaire a pour particularité d’être plus épaisse à l’arrière et d’être plus lisse sur toute la surface. Avec ce nouveau procédé, Airbus tente de réduire de 50% le frottement de l’air au niveau de la voilure pour réduire les turbulences ainsi que la consommation en carburant.

Charles Champion, le directeur du bureau d’études d’Airbus a indiqué que les avions équipés d’ailes laminaires peuvent permettre de réduire la consommation en carburant jusqu’à 4% par rapport à un avion équipé d’ailes normales.

D’après les études menées, ce système permettrait d’économiser environ 4,6 % du carburant sur un vol de 1481 kilomètres.

Ce pourcentage semble peu mais c’est déjà un grand pas pour l’avionneur et cette technologie devrait ainsi permettre aux compagnies de faire de belles économies au final. Pour l’avionneur, c’est aussi un argument de plus à opposer à la concurrence.