AK-47 laser : les chinois nous joueraient-ils du pipeau ?

La Chine est fière de nous présenter son ZKZM-500. Derrière ce nom barbare se cache une arme qui – semble-t-il -, l’est tout autant. De calibre 15mm, ce fusil laser reprend grosso modo l’aspect d’un fusil d’assaut classique pour un poids de 3 kilos environ, c’est à dire autant qu’un AK-47. Alimenté par des batteries lithium-ion, il serait capable, si l’on en croit le South China Morning Post, d’émettre en rafale des rayons laser invisibles à l’œil nu, mais suffisamment puissants pour causer la “carbonisation instantanée” de la peau et des tissus humains à une distance de 800 mètres.

Creepy comme jamais, l’article du quotidien chinois va toutefois plus loin. Selon un scientifique spécialisé dans l’armement laser ayant participé à l’élaboration de l’arme, les tirs du ZKZM-500 pourraient “brûler les vêtements en une fraction de seconde… Et, si le tissu est inflammable, mettre feu à la personne toute entière“. “La douleur serait alors insoutenable“, poursuit l’intéressé.

La chine aurait réussi à mettre au point un fusil laser suffisamment puissant pour permettre de “carboniser” une cible à 800 mètres de distance. De quoi faire frémir, mais faut-il vraiment y croire ?

Classifié parmi les armes “non léthales“, le ZKZM-500 n’aurait pourtant pas pour vocation de causer la mort, mais simplement de donner un avantage aux forces de l’ordre lors de prises d’otages… ou de gêner le bon déroulement de certaines manifestations. Le SCMP détaille ainsi qu’une des applications envisagées par le gouvernement chinois serait l’emploi du fusil lors de “manifestations illégales“.

L’arme permettrait alors de brûler à distance les pancartes et banderoles des manifestants, mais aussi de mettre le feu aux vêtements, ou aux cheveux, des meneurs en vue de leur faire perdre “le fil de leurs discours et leur pouvoir de persuasion“.

Le ZKZM-500 du bullshiting à plein nez ?

De son côté, la police chinoise préférerait, toujours selon le SCMP, continuer d’utiliser des méthodes plus traditionnelles pour maintenir l’ordre public. Il semblerait de toute façon qu’il ne faille pas tellement compter sur le ZKZM-500 pour autre chose qu’incinérer des pancartes en carton ou mettre le feu à un kleenex

TechCrunch, qui s’est penché sur la question, indique en effet que l’arme à peu de chances d’être aussi meurtrière que ce que sa description laisse entendre. Le média pointe dans un premier temps que jusqu’à preuve du contraire, aucune démonstration publique du “potentiel” de ce fusil laser n’a eu lieu.

De manière plus scientifique, la pertinence du laser dans le domaine militaire n’a jamais été véritablement probante du fait même des lois de la physique. Le principal problème mis en avant par le site est celui de la quantité d’énergie nécessaire à un laser pour qu’il puisse générer des dégâts importants. TechCrunch note ainsi que si des lasers de faible puissance peuvent endommager l’œil humain, c’est à cause de l’intense lumière qu’ils produisent, non de la chaleur qu’ils développent.

Or, pour permettre la destruction complète ou partielle d’un corps physique, et par extension, la combustion instantanée de tissus humains à 800 mètres de distance, il faudrait que le ZKZM-500 soit en mesure de générer une source de chaleur monstrueuse… Ce qui semble compliqué à obtenir à l’aide de simples batteries lithium-ion rechargeables, similaires à celles que l’on trouve dans nos smartphones.

À mettre aussi dans la balance, le phénomène de dispersion du laser. Concrètement plus la cible est loin, plus la “zone” atteinte par le laser est large et plus faisceau perd en intensité. Quand bien même les tirs émis par ce fameux fusil laser seraient puissants, une cible à 800 mètres ne serait atteinte que par une petite fraction de la puissance initialement dégagée.

Difficile dans ces conditions de prendre au sérieux les déclarations des chercheurs chinois au sujet de leur dernière trouvaille. Nul doute que la Chine cherche avant tout à montrer qu’elle aussi sait développer des armes laser. Une discipline dans laquelle pataugent déjà les États-Unis et la Russie depuis quelques années.

Pour des tirs de blaster façon Star Wars, il faudra donc repasser dans plusieurs décennies… En l’état le ZKZM-500 n’est – vraisemblablement – pas beaucoup plus dangereux que le lance-flamme d’Elon Musk.

Crédit illustration : South China Morning Post

Mots-clés chineFusil laser