Alex Jones est également bloqué sur Vimeo

Après Facebook, YouTube, Spotify et Apple Podcasts, c’est au tour de Vimeo de bannir Alex Jones de sa plateforme. Selon les informations rapportées par Business Insider, l’animateur américain a mis en ligne des vidéos qui ne respectent pas la charte du site. Les contenus postés étaient « discriminatoires et haineux » avait expliqué un porte-parole du service.

Vimeo a procédé à la suppression des vidéos incriminées avant de bloquer le compte du conspirationniste. La plateforme s’est également empressée de rembourser l’animateur. « Nous ne voulons en aucun cas tirer parti du contenu de cette nature. » a affirmé le porte-parole.

Le bannissement d’Alex Jones a été longuement discuté par les dirigeants du site, après que les modérateurs aient manuellement identifié les vidéos compromettantes.

Des contenus haineux

Pour ceux qui ne le savent pas, Alex Jones est un animateur américain, célèbre pour son site InfoWars et ses théories du complot. Il a dernièrement fait parler de lui en postant sur YouTube et Facebook des contenus qui incitent à la haine et la violence envers la communauté musulmane et les transgenres.

Les deux plateformes n’ont pas tardé à réagir et bannir Alex Jones après avoir supprimé les séquences.

L’animateur s’est alors contenté de transférer ses vidéos YouTube sur Vimeo. Au total, ce sont 50 heures de contenus qui ont été postés sur la plateforme, dont les vidéos qui l’ont fait bannir de Facebook et YouTube. Les modérateurs de Vimeo sont tombés sur des séquences qui attaquent violemment un créateur de dessin animé où sont mis en scène des personnes transgenres et musulmans.

Encore sur Twitter

Désormais, il n’y a plus que sur Twitter qu’Alex Jones peut s’exprimer. Pour justifier cet état de fait, Jack Dorsey, le PDG du site de microblogging, affirme que l’animateur n’a jusqu’ici violé aucun règlement de la plateforme. Pourtant, si on en croit les vérifications réalisées par la chaîne TV CNN, Alex Jones aurait déjà partagé des contenus qui mériteraient clairement des sanctions de la part de Twitter.

Il reste à savoir quand Twitter compte à son tour prendre des mesures envers l’animateur s’il continue à promouvoir les actes discriminatoires envers autrui. De son côté, l’animateur n’a pas encore fait de commentaires concernant son bannissement sur plusieurs plateformes sociales.