Alibaba va arrêter de vendre des composants de cigarettes électroniques aux Etats-Unis

Ces dernières semaines, les e-cigarettes ont beaucoup fait parler d’elles en raison d’une maladie pulmonaire mystérieuse qui serait liée d’une manière ou d’une autre à leur utilisation.

Selon le CDC ou Centers for Disease Control and Prevention, 18 décès ont été enregistrés aux États-Unis jusqu’à la semaine dernière. Aussi, plus de 1000 cas probables et confirmés de la maladie ont été recensés.

Crédits Pixabay

Face à cette situation, Alibaba, le géant chinois de l’e-commerce, a annoncé le mercredi 9 octobre dernier qu’il allait arrêter la vente de composants de cigarettes électroniques aux États-Unis.

Cette décision de la part de l’entreprise chinoise fait suite aux annonces des sociétés Kroger Co et Walgreens Boots Alliance Inc la semaine du 7 octobre, des déclarations indiquant qu’elles allaient arrêter de vendre des e-cigarettes dans leurs magasins.

Un arrêt total

Pour Alibaba Group Holding Ltd, toute une liste de produits relatifs au vaping ne sera plus affichée pour les utilisateurs situés aux États-Unis.

Ainsi, il sera impossible d’acheter à partir du site des produits comme des stylos de vaping ou encore des cartouches vides si l’on se trouve sur le sol américain.

Avec cette décision, Alibaba a également indiqué que la société avait depuis longtemps choisi de ne pas vendre des produits complets de cigarettes électroniques aux États-Unis.

Actuellement, Juul Labs Inc domine le marché nord-américain des cigarettes électroniques à dosettes. Cependant, la plupart des cas de décès et de maladie aux États-Unis seraient liés, du moins d’après les premières conclusions de l’enquête, à des substances achetées sur le marché noir.

Une décision qui vise les fabrications de fortune

Selon une étude publiée dans le New England Journal of Medicine, l’épidémie aurait été causée par des e-liquides contenant du THC, qui est l’ingrédient psychoactif de la marijuana.

Avant la suspension des ventes par Alibaba, les gens pouvaient facilement acheter des appareils ou des composants à partir de sites comme Alibaba et Amazon pour fabriquer des appareils de vaping contrefaits.

Avec la situation qui prévaut actuellement concernant l’utilisation de cigarettes électroniques, un certain nombre de chaînes de distribution ont déjà refusé de les vendre. Alibaba ne pouvait donc pas garder le silence.

En revanche, cette décision risque de nourrir encore un peu plus le climat de paranoïa qui règne aux États-Unis autour de la cigarette électronique, une cigarette électronique de plus en plus ostracisée, ce qui doit très certainement faire le bonheur des marchands de tabac.

Des marchands de tabac dont les produits n’ont jamais été interdits, en dépit de leurs nombreux dangers…