Mais au fait, comment ferons-nous pour alimenter notre future base lunaire ?

La NASA prévoit d’installer une base durable sur la Lune. Cependant, un tel projet ne se fera pas en un claquement de doigts. Plusieurs paramètres sont à prendre en compte. Pour commencer, l’agence spatiale américaine projette d’abord d’envoyer des astronautes sur la surface lunaire à l’horizon 2024.

L’établissement d’une base lunaire se fera ensuite progressivement. Face à tous ces projets, les chercheurs se demandent comment pourra-t-on s’y prendre pour alimenter cette base. Ce genre d’installation requiert en effet deux ressources clés à savoir l’eau et l’énergie. Les experts ont déjà trouvé un moyen d’extraire la glace d’eau sur la surface de la Lune. Il ne reste donc plus qu’à chercher une solution pour alimenter la base lunaire en énergie.

Crédits Pixabay

Récemment, les chercheurs de l’Université de Harvard ont publié une étude qui suggère la création d’une tour de plusieurs kilomètres de haut pour capturer l’énergie solaire depuis la Lune.

Atteindre le pic de lumière éternelle

Les auteurs de cette étude se basent sur le fait que la seule source d’énergie disponible sur la Lune provient de ce qu’on appelle le « pic de lumière éternelle. » Il s’agit du point d’un objet du Système solaire qui est toujours plongé dans la lumière du Soleil. D’après les chercheurs, c’est l’endroit idéal pour installer des panneaux solaires.

Le Burj Khalifa est la tour la plus haute sur Terre et elle mesure 828 mètres. Pour capter la lumière solaire, les experts veulent créer une tour plus haute que le Burj Khalifa. À en croire les scientifiques à l’origine de cette étude, l’environnement lunaire présente de nombreux avantages pour la réalisation d’un tel projet.

A lire aussi : L’ESA veut explorer les grottes lunaires

Un projet qui nécessite un budget colossal

Dans un premier temps, la gravité de la Lune représente le sixième de celle de la Terre. Cela veut dire que les bâtiments qui seront construits sur la surface lunaire n’auront pas de mal à supporter leur propre poids à des hautes beaucoup plus élevées. Par la suite, l’absence d’atmosphère sur la Lune n’exposera pas cette tour à des vents violents comme sur Terre.

D’autre part, sur la Lune, l’environnement sismique est relativement calme. Les constructeurs n’auront donc pas à se soucier des effets des séismes. Selon les chercheurs, cette tour devra avoir des murs d’une épaisseur d’au moins 20 cm. Ces derniers ont indiqué qu’il était possible de construire une tour plus haute.

Cependant, ce projet nécessitera un budget colossal si la tour dépasse les deux kilomètres.

Mots-clés lune