Aller au sauna aurait pour effet de réduire le risque d’AVC de moitié

L’accident vasculaire cérébral peut être invalidant, et dans le pire des cas, mortel. En France, ce problème fait statistiquement une victime toutes les quatre minutes. Heureusement, une équipe de scientifiques menée par des universités de Finlande, de Bristol, de Leicester, d’Atlanta, de Cambridge et d’Innsbruck a récemment annoncé une bonne nouvelle. Il est maintenant prouvé qu’aller souvent au sauna réduit le risque d’AVC de moitié.

L’étude a été menée depuis une quinzaine d’années en Finlande. Dans l’échantillon, l’équipe a pris en compte des paramètres importants comme l’âge, le sexe, le diabète, l’indice de masse corporelle, les lipides sanguins, la consommation d’alcool, l’activité physique et le statut socio-économique.

Sauna

Dans le meilleur des cas, les participants ont connu un risque réduit d’AVC à 61%. Les experts internationaux ont remarqué que les bienfaits sont les mêmes chez les femmes et les hommes. Les résultats de l’étude ont été publiés dans Neurology.

Une corrélation entre la fréquence des séances et la réduction des risques

1628 hommes et femmes âgés de 53 à 74 ans ont participé à l’étude. Ils ont été séparés en trois groupes : ceux qui vont au sauna une fois par semaine, ceux qui y vont 2 à 3 fois et ceux qui y vont 4 à 7 fois. L’équipe a repéré une corrélation entre la fréquence des séances et la diminution du risque.

Alors que le risque a diminué de 14% chez les personnes du deuxième groupe, il est réduit à 60% chez celles du troisième groupe.

D’après les scientifiques, le temps passé au sauna aurait de nombreux effets positifs, notamment une réduction de la pression artérielle, une stimulation du système immunitaire, une amélioration du système nerveux autonome et de la fonction cardiovasculaire.

Le mieux serait d’avoir un sauna personnel

Dans une précédente étude expérimentale, la même équipe de chercheurs avait remarqué que le sauna agissait sur la rigidité de la paroi artérielle. Cet effet aurait alors une répercussion sur la pression et les paramètres de la fonction cardiaque.

Ce ne sera donc pas surprenant que, dans un avenir proche, les séances de sauna deviennent des thérapies médicales pour prévenir les accidents cérébraux. L’avantage de cette méthode est qu’elle peut se pratiquer chez soi, à condition d’avoir le matériel nécessaire.

Mots-clés médecinesanté