Allergies aux fruits de mer : bientôt un vaccin pour ne plus en souffrir ?

Vous avez toujours rêvé d’engloutir un plateau entier de moules, de crevettes, de crabes et autres produits de la mer, ô combien succulents ? Le problème, c’est que vous êtes allergique : une seule bouchée suffit à vous faire gonfler comme un ballon ou bien à recouvrir votre peau de plaques rouges qui grattent furieusement.

Votre rêve pourrait cependant devenir une réalité.

huitres

Crédits Pixabay

Le Dr. Christine Wai, chercheuse à la Faculté de Médecine de Hong Kong, travaille sur un vaccin qui pourrait contrer les allergies aux fruits de mer. Le Point rapporte que la scientifique planche sur une solution thérapeutique qui utilise l’ADN pour diminuer la sensibilité du corps aux fruits de mer.

Les premiers tests effectués sur des animaux se sont révélés encourageants quant à l’efficacité d’un tel traitement.

Immunisation génétique

Le remède sur lequel travaille le Dr. Christine Wai est basé sur la « vaccination par ADN ». Le principe consiste à modifier et stimuler davantage le système immunitaire en faisant absorber aux cellules du corps un morceau d’ADN bactérien circulaire qui contient un hypoallergène.

La présence de cet hypoallergène pousse les cellules à produire naturellement les protéines hypoallergéniques nécessaires pour immuniser l’organisme contre les allergènes des fruits de mer.

Des tests et expériences ont déjà été menés sur des animaux. Elles dévoilent qu’il faut encore pour le moment environ trois vaccins ADN hypoallergéniques pour diminuer considérablement les effets allergiques des fruits de mer sur les cobayes intolérants.

Un vaccin qui va profiter à tous

Prometteuses et révolutionnaires, les recherches menées par le Dr Christine Wai ont reçu le soutien et le financement du Health and Medical Research Fund, HKSAR ainsi que du Axa Research Fund. Il faut dire que l’aboutissement du projet sera une véritable délivrance pour les quelques millions de gens qui souffrent d’allergie aux fruits de mer aux quatre coins du monde.

Le Dr Christine Wai et son équipe planchent actuellement sur trois nouveaux dérivés du vaccin qu’il sera possible de tester sur des sujets humains. « Notre but est d’élaborer un nouveau vaccin ADN et de l’adapter aux normes de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis ». Non seulement davantage de vies seront sauvées, mais cela va également permettre d’alléger les dépenses de santé des personnes qui sont allergiques aux fruits de mer.

Mots-clés allergievaccin