Alpha Centauri abriterait des planètes susceptibles d’accueillir la vie

A l’occasion de la réunion annuelle de l’Union américaine de géophysique qui s’est tenue récemment, la NASA a fait part de sa nouvelle ambition. L’Agence américaine a pour objectif d’entamer sa toute première mission interstellaire. Elle projette d’envoyer une sonde dans Alpha Centauri, le système stellaire le plus proche de notre galaxie. La mission est prévue pour 2069.

Dernièrement, une étude sur Alpha Centauri a été réalisée par une équipe d’astronomes de l’Université de Yale. Celle-ci a pu écarter la possibilité de l’existence de planètes géantes pouvant mettre en danger les plus petites. Cela suggère que certaines d’entre ces dernières pourraient probablement accueillir la vie.

Espace

Les recherches antérieures sur ce système voisin n’étaient pas aussi encourageantes.  D’après les astronomes, les instruments utilisés n’étaient pas encore assez performants.

Des petites planètes rocheuses habitables ?

Pour rappel, Alpha Centauri se situe à environ 4,4 années-lumière du système solaire. Il est constitué de trois grandes étoiles : Centauri A, Centauri B et Proxima Centauri.

Menée par Lily Zhao et aidée par HARPS et UVES, l’équipe a conçu un outil baptisé spectrographe CHIRON. Pour ce faire, ils ont réaménagé une partie du Very Large Telescope Array. L’instrument leur a permis de collecter une nouvelle vague de données.

Après avoir minutieusement analysé les données, les chercheurs ont détecté la présence de petites planètes rocheuses dans ce système extrasolaire. Ils soupçonnent ainsi l’existence de planètes dont les dimensions sont inférieures à cinquante masses terrestres.

Le premier arrêt en dehors du système solaire

D’après le professeur Debra Fisher, un des chercheurs de l’établissement, « l’univers nous a révélé que les planètes les plus communes sont des petites planètes, et notre étude montre que ce sont celles qui sont les plus susceptibles d’être en orbite autour d’Alpha Centauri A et B. »

« La précision de nos instruments n’a pas été suffisante, jusqu’à maintenant », a expliqué Mme Fisher, l’une des astronomes. « Comme Alpha Centauri est si proche, c’est notre premier arrêt en dehors de notre système solaire », a-t-elle poursuivi.

Pour sa part, Lily Zhao a noté que « c’est une étude très verte dans la mesure où elle recycle les données existantes pour en tirer de nouvelles conclusions. » « En utilisant les données d’une manière différente, nous sommes en mesure d’exclure les grandes planètes qui pourraient mettre en danger les petits mondes habitables et affiner la zone de recherche pour de futures enquêtes », a-t-il développé.

Les grandes planètes de la taille de Jupiter peuvent en effet donner naissance à des astéroïdes ou défaire les orbites des plus petites.

Mots-clés astronomieespace