Alternative énergétique : Rolls-Royce préconise l’utilisation des mini-réacteurs nucléaires

Depuis quelques temps, Rolls-Royce se penche sur le développement de solutions pouvant lui permettre de réduire son impact environnemental. Le motoriste britannique a notamment évoqué la conception de moteurs électriques ou hybrides.

À l’occasion d’un évènement qui a eu lieu à l’Aviation Club à Londres, Warren East, le PDG de Rolls-Royce, a fait savoir que dans un futur proche, les moteurs à réaction pourront être remplacés par des mini-réacteurs nucléaires.

crédits Pixabay

D’après lui, ce type de réacteurs serait plus respectueux de l’environnement. Alors que les moteurs à réaction sont réputés pour leur forte émission de gaz à effet de serre, les mini-réacteurs nucléaires, quant à eux, produiraient un combustible plus propre.

« Une solution compétitive »

D’après un rapport publié par le Center for Biological Diversity en 2015, l’aviation est à l’origine de l’émission d’une quantité énorme de carbone. Conscients de cela, les fabricants de moteurs veulent opter pour l’utilisation de carburants moins polluants. Warren East a déclaré qu’il fallait commencer à se tourner vers les carburants synthétiques ou électro-carburants. « Les sources d’énergie renouvelables sont excellentes si le soleil brille et le vent souffle. » a-t-il déclaré.

La production de ce type de carburants requiert une grande quantité d’électricité. Pour obtenir les électro-carburants, il faut combiner l’hydrogène et le carbone. L’extraction de l’hydrogène dans l’eau est la partie la plus énergivore de ce processus. C’est là qu’interviennent les mini-réacteurs nucléaires, ou SMR (Small Modular Reactors), évoqués par Warren East. Le boss de Rolls-Royce a indiqué que l’utilisation de ces réacteurs combinés aux carburants synthétiques serait une « solution compétitive. »

47 millions de dollars de financement pour Rolls-Royce

Au micro du site Bloomberg, Warren East a déclaré que Rolls-Royce travaillerait en collaboration avec une start-up spécialisée dans la production d’énergie alternative pour développer sa technologie.

Pour réaliser ce projet, la marque de voiture de luxe a obtenu 36 millions de livres sterling, soit 47 millions de dollars, d’investissements publics et privés. Même si la technologie développée par Rolls-Royce semble prometteuse, elle risque de se heurter à un mur en Europe où la population est en grande partie opposée au nucléaire. Par exemple, l’Allemagne s’est engagé à suspendre l’usage de tous ses réacteurs nucléaires d’ici 2022 après la catastrophe de Fukushima, au Japon.

En dépit de cela, le constructeur a annoncé qu’il allait construire une usine de démonstration de carburants synthétiques à Brandebourg, en Allemagne.

Mots-clés rolls-royce