Amazon : des employés détourneraient des informations de vente

Le Wall Street Journal a rapporté le 16 septembre 2018 que des commerçants corrompent des employés d’Amazon pour supprimer des avis négatifs sur leurs produits ou services et avoir accès aux informations personnelles des clients ainsi qu’aux données de vente de la plateforme pour devancer leurs concurrents.

Face à cette situation, le géant du e-commerce a d’ores et déjà lancé une enquête sur cette affaire. Il semblerait que des vendeurs malhonnêtes traqueraient les salariés d’Amazon sur les réseaux sociaux et les amadoueraient avec de grosses sommes d’argent.

Le fait de supprimer des critiques négatives des clients rapporterait à un employé la somme de 300 dollars. Il va sans dire que cet incident appellera Amazon à mettre en place des réformes.

Il y aurait plus d’employés corrompus en Chine

Selon le rapport de WSJ, ces employés d’Amazon fourniraient aux vendeurs les adresses électroniques des clients ayant laissé des critiques négatives sur leurs produits.

De plus, ils leur feraient également part d’informations sur les ventes et feraient ainsi bénéficier aux commerçants d’une avance certaine sur leurs concurrents commerciaux.

Actuellement, Amazon étudie en profondeur ces allégations. Un porte-parole de l’entreprise a déclaré au WSJ que des systèmes ont été instaurés pour contrôler et restreindre l’accès des informations internes aux employés. L’enquête de la société a fait ressortir que ces pratiques illégales étaient très courantes en Chine, mais l’entreprise enquête aussi sur ses salariés américains.

Amazon : tolérance zéro pour ces pratiques

Face à ces comportements problématiques de ses employés, le porte-parole d’Amazon a annoncé que la firme dispose de « politiques strictes et un code de conduite professionnelle et d’éthique » que ses collaborateurs doivent respecter. La marque avertit alors que quiconque enfreint ce code s’expose « à des mesures disciplinaires, y compris des licenciements et des sanctions légales et potentiellement pénales. »

Le représentant de la société martèle également qu’Amazon a une tolérance zéro pour l’utilisation abusive de ses systèmes. Le groupe prévient aussi que s’il trouve « des acteurs malveillants qui se sont lancés dans ce type d’agissement, » elle n’hésitera pas à prendre « rapidement des mesures contre eux, notamment en fermant leurs comptes. »

Ce cas montre une fois de plus combien nos données peuvent être précieuses.

Mots-clés amazon