Amazon, le Kindle et le livre électronique

Inutile de présenter le Kindle d’Amazon, tout le monde le connaît déjà. Et pour cause puisque ce lecteur d’ebooks, ou « liseuse », a défrayé la chronique et est parvenu à insuffler une toute nouvelle dynamique à un marché qui ne date pourtant pas d’aujourd’hui. Oui et bien figurez-vous que la firme vient tout juste d’ajouter une nouvelle pierre à l’édifice et propose désormais un SDK pour les développeurs. De quoi doper un peu son Kindle et l’imposer encore un peu plus face à une concurrence qui se fait de plus en plus présente.

Dans le monde des nouvelles technologies, rien n’est jamais acquis. On peut monter très vite, devenir l’acteur dominant d’un marché, et on aura d’ailleurs une pensée émue pour Google ou encore pour Asus et ses netbooks, mais on peut également se faire très vite damer le pion. IBM en est d’ailleurs un bon exemple. Leader sur le marché durant des années, la société a fini par sombrer doucement dans l’oubli. Et si elle existe toujours aujourd’hui, force est de constater qu’elle a perdu de sa grandeur d’autant.

Le contraire est aussi vrai, certaines entreprises parviennent à insuffler une nouvelle dynamique, à créer un nouveau marché, et ce en lançant un produit ou un service auquel personne ne s’attendait. Oui, comme Amazon et son Kindle…

Le livre électronique, le paradoxe originel

A sa sortie, je ne croyais pas du tout au Kindle. Mais plus que le lecteur d’ebooks d’Amazon, c’était surtout le concept même de livre électronique qui me laissait complètement perplexe. Les trentenaires d’aujourd’hui le savent, cela fait déjà plusieurs années qu’on nous en parle et qu’on prédit la mort du livre « traditionnel ». Le fait est que ce dernier est toujours présent sur le marché et qu’il n’est sans doute pas prêt de disparaître.

En réalité, le livre électronique est relativement paradoxal, et ce parce qu’il cherche finalement à réconcilier deux types de public pourtant antagonistes : d’un côté les vrais lecteurs, ceux qui hantent les libraires, les bibliothèques municipales et qui préfèrent un bon bouquin à la télévision et, de l’autre côté, les enfants du numérique qui fuient les livres et qui préfèrent passer leurs journées sur le web plutôt que d’en lire ne serait-ce qu’une seule page.

Bien entendu, je schématise volontairement la situation. Nous savons très bien qu’il existe des adeptes du numérique qui aiment lire. Seulement, il faut avouer que le livre et le numérique ont fondamentalement toujours été aux antipodes l’un de l’autre. Dans ce contexte, je ne pensais pas que le livre électronique parviendrait à s’imposer.

Amazon et son Kindle, une vraie surprise ?

La sortie du Kindle a été surprenante à plus d’un titre. En effet, pour commencer, nous étions nombreux à avoir tiré un trait définitif sur le livre électronique. On en avait beaucoup parlé dans les années 90 mais le projet était très vite tombé aux oubliettes. Pour revenir sur le devant de la scène en 2008 seulement avec Sony et son Sony Reader qui ne s’est jamais très bien vendu. On avait presque fini par ne plus y penser et par reléguer le livre électronique au placard.

D’un autre côté, qui aurait pu penser que la boutique en ligne Amazon allait prendre le risque de produire un appareil de ce type ? Le fait est que si vous voulez devenir riche, il ne faut pas inventer, il ne faut pas créer, il faut simplement vendre et capitaliser sur les risques que d’autres auront pris à votre place.

Donc oui, sur le papier, la sortie du Kindle a été une véritable surprise.

Mais en réalité, c’était parfaitement prévisible, et ce pour plusieurs raisons.

La première d’entre elles, c’est sans doute que l’ebook en tant que média s’est considérablement développé ces dernières années. On en trouve des dizaines et des dizaines de milliers sur le web. Tout le monde s’y est mis, les auteurs, les éditeurs, les scientifiques et même les blogueurs qui voient là une bonne manière de se faire connaître à moindre coût. La connaissance s’est dématérialisée et s’est démocratisée comme jamais cela n’aurait été possible avant. Tout le monde peut devenir auteur, tout le monde veut devenir auteur.

Forcément, il y avait là une occasion à prendre.

La seconde raison, c’est que Amazon possède depuis 2005 Mobipocket, qui est le premier revendeur d’ebooks en France. Point intéressant, ce service ne fait pas que vendre des ebooks, il propose également un logiciel compatible avec les PC et la plupart des mobiles du marché et permettant de gérer très facilement sa librairie numérique. Finalement, il ne manquait plus qu’un appareil autonome dédié à cet usage au catalogue de la célèbre boutique de vente en ligne.

L’avenir du Kindle : le SDK et le KindleStore

Le livre électronique n’en restera évidemment pas là et Amazon vient tout juste de le prouver en lançant un SDK pour son Kindle. Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, un SDK est un kit s’adressant aux développeurs et leur permettant de développer des applications pour une plateforme donnée. Cette nouvelle est donc importante puisqu’elle donnera une toute nouvelle dimension au Kindle qui ne se limitera donc plus à sa fonction de « liseuse ».

Pour diffuser les différentes applications qui sortiront sur le Kindle, Amazon lancera bientôt un Kindle Store. Point intéressant, les gains des ventes seront bien évidemment partagés : la société touchera 30% tandis que 70% des bénéfices iront directement dans la poche du développeur. Dans ce contexte, on peut être certain qu’ils seront nombreux à se lancer dans la course. Précisons par ailleurs que le Kindle Store sera accessible depuis n’importe quel ordinateur, bien entendu, mais aussi directement depuis le Kindle et le Kindle DX (son grand frère).

Sur ce point, Amazon n’a évidemment rien inventé et s’est contenté de reprendre à son compte l’idée de l’AppStore d’Apple. Notez bien qu’il ne s’agit pas là d’une critique, mais simplement d’une constatation. De toute manière, nombreux sont les constructeurs à en avoir fait de même, on pourra par exemple citer l’OVI Store de Nokia.

Cela dit, sur le plan technologique, la concurrence risque d’être rude. De nombreuses liseuses sont sur le point de voir le jour, certaines sont d’ailleurs très évoluées et intègrent même un écran couleur comme le lecteur d’ebooks d’Asus. Si Amazon souhaite rester compétitif, il devra donc dans les mois qui viennent présenter un nouveau Kindle plus puissant pour conserver sa position de leader sur le marché.

L’avenir du livre électronique

Pour l’instant, le livre électronique bénéficie d’un effet de mode. Les « liseuses » se vendent bien, on se les arrache même à la médiathèque d’Issy-les-Moulineaux, mais ce n’est pas pour autant que l’on ne peut pas s’interroger sur leur avenir. Et la grande question que je me pose, c’est de savoir si des appareils comme le Kindle ne seront pas contraints d’évoluer pour continuer à susciter l’engouement populaire.

De mon point de vue, et cela n’engage que moi, les « liseuses » devront fatalement finir par proposer plus de services si elles souhaitent rester dans la course. C’est d’ailleurs en grande partie à cela que va servir le KindleStore. N’oublions pas que les tablettes tactiles se développent de plus en plus et qu’elles risquent d’investir le marché dans les mois qui viennent. Sur le plan technologique, ces dernières sont très proches des « liseuses » et il suffirait d’une offre logicielle adaptée pour qu’elles proposent le même type de services que ces dernières.

Ces deux appareils finiront fatalement par fusionner. N’oublions pas que c’est le consommateur qui fait le marché. Les idées ne suffisent pas, encore faut-il pouvoir les vendre. Et en tant que consommateur, qu’est-ce-que vous préféreriez : une « liseuse » qui ne permet que de lire des ebooks ou une tablette tactile qui vous permettrait de faire bien plus de choses ?

Oui, nous sommes d’accord, la réponse à cette question est évidente.