Amazon France n’approuve pas les décisions du tribunal de Nanterre

Amazon réagit face au verdict rendu par le tribunal judiciaire de Nanterre le 14 avril 2020. Compte tenu de l’ordonnance émise, le géant mondial du commerce électronique doit impérativement se limiter aux livraisons de produits alimentaires, médicaux et d’hygiène. En cas de non-respect de cette résolution de justice, Amazon payera une amende d’un million d’euros par jour de retard et par infraction.

En désaccord avec le verdict, l’entreprise envisage de faire appel. En attendant, la société a fait part de sa perplexité et prévoit de suspendre l’activité de ses centres de distribution en France. Le spécialiste de l’e-commerce a également fait savoir l’éventualité d’une restriction de ses prestations dans l’Hexagone.

Amazon France va devoir restreindre son activité. Crédits : Pixabay

Dans un communiqué, Amazon positionne son service comme étant indispensable à un bon nombre de résidants en France, surtout pendant le confinement.

La pomme de discorde

Inquiète face aux risques de contamination auxquelles sont exposés les salariés d’Amazon œuvrant dans les six entrepôts basés en France, l’union syndicale Solidaires a demandé la fermeture totale des sites. La justice a toutefois rejeté la requête bien qu’elle ait constaté une négligence des mesures de sécurité sanitaire de la part du géant américain d’e-commerce.

Par l’intermédiaire de messages sur Twitter, l’e-commerçant déclare cependant que la société s’est toujours préoccupée du bien-être de ses collaborateurs. Les informations publiées indiquent qu’en dehors du respect de la distanciation sociale, des appareils de contrôle de température, 127 000 paquets de lingettes désinfectantes, plus de 27 000 litres de gels hydro- alcooliques et plus de 1,5 million de masques sont mis à disposition dans ses sites français.

Les actions entreprises par Amazon

En plus des restrictions en matière d’expédition de produits, la justice contraint aussi Amazon de faire une évaluation des risques professionnels pour ses salariés en ces temps de pandémie.

C’est pourquoi le groupe américain va devoir fermer les portes de ses sites en France au moins jusqu’au 20 avril 2020.

Cela donnera en plus un temps pour nettoyer les entrepôts. La fermeture fait suite à un vote d’un comité social et économique (CSE) constitué de 18 votants. Il est nécessaire de noter que les salariés recevront toutefois la totalité de leur rémunération durant cette période.

Mots-clés amazonFrance