Amazon Rekognition pourra bien équiper les agences gouvernementales selon les actionnaires

Contrairement à l’avis émis par le conseil d’administration d’Amazon, lors de leur réunion annuelle, les actionnaires de la société ont décidé que la technologie de reconnaissance faciale Reckognition pourra bien être commercialisée auprès des forces de police et des agences gouvernementales.

Ce nouveau rebondissement fait suite aux objections émises par le conseil d’administration de la firme américaine faisant état de possibles menaces à l’encontre de la vie privée et des droits civiques. Des atteintes aux droits fondamentaux qui pourraient se produire si Reckognition venait effectivement à être utilisée par les agences gouvernementales.

Crédits Pixabay

D’après les actionnaires d’Amazon, “les nouvelles technologies ne doivent pas être interdites ou condamnées en raison de leur utilisation abusive potentielle“. Raison pour laquelle ils sont allés à l’encontre de la prohibition de la vente aux organismes gouvernementaux (forces de police et services de l’immigration) proposée par les membres du conseil d’administration.

Éviter que le cas Facebook ne se reproduise

Pour les administrateurs d’Amazon, la question de la confidentialité et du respect de la vie privée tient une place prépondérante pour ce qui est de l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale par les agences gouvernementales.

En effet, suite aux affaires dans lesquelles Facebook se trouve actuellement mêlé, les grandes entreprises technologiques tiennent à garder une image digne par rapport à l’utilisation des données et d’autres informations sur les utilisateurs. Le cas Facebook devant être un “avertissement suffisant dont Amazon devrait tenir compte”.

Par ailleurs, le principal souci évoqué par le conseil d’administration de la firme concerne un éventuel débordement dans l’usage de Rekognition. Elle pourrait notamment être mise en pratique à des fins de profilage et de surveillance des immigrants, d’activistes  ou d’autres minorités ethniques au sein de la population américaine.

Reckognition restera sous le contrôle d’Amazon

Cette technologie se base sur un scan du visage, qu’elle convertit ensuite en algorithme qui va être comparé à la base de données. Selon Amazon, il n’y a pas eu de preuves d’une utilisation déviée de Reckognition, depuis les deux années de mise en service.

Ce qui a conduit les actionnaires à rejeter la motion de prohibition de la commercialisation de Reckognition auprès des forces de police et des services de l’État.

D’ailleurs,  étant hébergé sur les serveurs et le cloud d’Amazon, les utilisateurs ne pourront pas télécharger Reckognition, mais auront seulement accès au service. Une manière de garder le contrôle de la technologie que la société entend encore améliorer.