Amazon teste ses livreurs avec de faux colis

Personne n’est à l’abri du vol, pas même les grands géants du commerce en ligne comme Amazon. Au moment de livrer les colis, il arrive que ce soit les livreurs de l’entreprise eux-mêmes qui détournent la marchandise.

C’est ainsi qu’Amazon a décidé de tester l’honnêteté de ses employés en mettant en place un subterfuge d’un genre quelque peu particulier.

Le site Business Insider explique que le piège du numéro un du e-commerce consiste à dissimuler de « faux paquets » parmi ses commandes. Les paquets en question sont des colis soit vides soit non étiquetés qui ne sont pas reconnus par les scans de la société. Deux options s’offrent alors au livreur : signaler le colis et le ramener auprès d’Amazon ou se l’approprier.

Amazon n’a pas encore donné de détails quant aux résultats de cette méthode de contrôle insolite.

Piéger les livreurs malhonnêtes

Lorsque des paquets font l’objet d’une erreur de scanner, c’est qu’ils ne sont pas répertoriés parmi les produits d’Amazon. Donc, si le livreur décide de ne pas signaler le problème et garder le colis, le géant IT est censé ne pas se rendre compte du vol.

Bien évidemment, comme il s’agit d’un piège, tous les faux colis en question figurent bel et bien dans la base de données de l’entreprise.

Ainsi, lorsque le livreur revient à l’entrepôt, un responsable vérifie s’il a rapporté le paquet piégé avec lui ou pas. Dans le cas où l’employé a succombé à la tentation, le manager a le droit de lui demander des comptes. C’est de cette manière qu’Amazon vérifie l’intégrité de ses employés.

Un problème d’éthique ?

A priori, la méthode de contrôle d’Amazon n’a rien de bien méchant. Certains ne peuvent s’empêcher de se poser des questions quant à l’éthique de cette pratique : n’est-ce pas mal de soumettre ses livreurs à de pareilles tentations ? Est-ce bien légal de les piéger de cette manière, puis de les sanctionner une fois qu’ils sont pris la « main dans le sac » ?

« Ces contrôles et audits font partie intégrante des programmes de qualités. » explique Amazon. L’entreprise renforce la légitimité de ses actes en précisant que les faux colis sont distribués uniquement par hasard et que le subterfuge ne vise donc aucun employé en particulier.

Mots-clés amazon