Amazon US empêtré dans le scandale du “pipi dans la bouteille”

La situation d’Amazon vis-à-vis de ses employés est actuellement assez tendue, notamment à son entrepôt de Bessemer en Alabama. L’histoire a commencé lorsque le congressman du Wisconsin, Mark Pocan, a fait une publication critiquant la compagnie concernant la difficulté du travail pour les travailleurs de l’entreprise. Pocan a mentionné le fait que les employés devaient même uriner dans des bouteilles puisqu’ils n’avaient pas le temps de se rendre aux toilettes. Amazon a tout d’abord répondu à cette attaque en se moquant et en demandant à Pocan si celui-ci croyait vraiment à ces histoires de « pipi dans la bouteille ».

Après cette réponse assez effrontée, de nombreuses personnes ont publié des rapports et des informations prouvant la véracité de cette situation chez le géant de la distribution.

Crédits Pixabay

Les détails publiés ont montré que cette pratique était assez répandue et qu’Amazon était au courant sans pour autant régler le problème. Des conversations avec des chauffeurs qui disaient être obligés de se soulager dans des bouteilles ont aussi montré à quel point la situation était pire pour les femmes conduisant des vans de livraison. La compagnie aurait d’ailleurs prévenu ses employés d’éviter de faire leurs besoins en public à plusieurs reprises, montrant qu’elle savait ce qu’il se passait.

Face à cette réaction assez violente de la part des internautes, Amazon s’est exprimée le vendredi 2 avril dernier, s’excusant en disant qu’ils s’étaient trompés en niant la situation des employés urinant dans des bouteilles. La publication montrait également que la compagnie présentait ses excuses au représentant Pocan. Mais ce que le public n’a pas manqué de critiquer, c’est le fait que l’entreprise ne s’est pas excusé auprès de ses employés, notamment ses conducteurs, face aux conditions de travail qui sont terribles. De plus, l’excuse présentée par Amazon a aussi semé la confusion en impliquant que les employés des entrepôts ne sont pas concernés par le problème.

La situation dans les entrepôts d’Amazon

Dans la publication d’Amazon, il est indiqué que les entrepôts possèdent des dizaines de toilettes que les employés peuvent utiliser à tout moment. Toutefois, le problème persiste toujours, comme on a pu le voir au cours d’une enquête menée en 2018 dans un magasin de l’entreprise situé au Royaume-Uni.

Des travailleurs de Bessemer ont aussi confirmé qu’aller aux toilettes pendant les heures de travail était difficile à cause de la pression intense. Selon Catherine Highsmith, une des employés de Bessemer, si l’on va aux toilettes avec une fréquence normale, cela devient un problème. On peut se faire avertir ou même renvoyer.

Blâmer les autres

Pour compliquer encore plus la situation, Amazon a aussi rejeté la faute sur les autres en disant qu’uriner dans des bouteilles était également un problème dans les autres sociétés. Amazon a indiqué dans sa publication qu’ils savaient que les conducteurs avaient du mal à trouver des toilettes à cause du trafic, ou parce qu’ils se trouvaient sur des routes de campagne. Le géant a ainsi qualifié cette situation de « problème de longue date du monde de l’industrie », impliquant que ce n’était pas quelque chose qui lui était spécifique. Amazon a aussi indiqué qu’ils allaient rechercher des solutions même s’ils ne savent pas encore comment ils vont procéder.

Cette publication d’Amazon présente de nombreux points qui ne les aident pas. Par exemple, la compagnie implique qu’il n’y a pas de solution qu’une seule entreprise puisse trouver par rapport aux conducteurs et au fait de faire pipi dans des bouteilles. Le post montre aussi qu’Amazon n’essaie pas de trouver de solutions internes mais s’attend à ce que le gouvernement et les contribuables paient pour résoudre le problème. Puis, Amazon ne s’excuse pas auprès des employés qui font face à de dures conditions de travail mais seulement auprès du congressman qui les avait critiqués.

En tout cas, attendons de voir comment cette affaire va évoluer dans les semaines qui viennent.

Mots-clés amazon