Amazonie : Les incendies risquent bien de faire fondre les glaciers de la Cordillière des Andes plus rapidement

Une étude menée par l’équipe de Newton de Magalhaes Neto, de l’Institut de géographie de l’Université d’État de Rio de Janeiro explique les liens entre les incendies de la forêt d’Amazonie et la fonte des glaciers de la Cordillère des Andes.

Les recherches ont été réalisées à partir des données acquises en l’espace de seize ans, c’est-à-dire de 2000 à 2016, en prenant en compte des « mouvements des panaches de fumées, des précipitations, et de la fonte des étendues glaciaires ».

Crédits Pixabay

Ces chercheurs avancent alors qu’à mesure que les pratiques consistant à mettre les forêts en feu (défrichement et pâturages) augmenteront en intensité, plus les glaciers andins risquent de se dégrader à une vitesse folle.

Le taux de fonte augmente de 14% à cause des incendies

Les résultats de l’étude, publiés dans Nature Scientific Reports ont prouvé que le vent peut entraîner les carbones noirs et d’autres particules fines issus de la combustion de la forêt amazonienne jusqu’aux glaciers tropicaux des Andes. En venant s’y déposer, ces aérosols empêchent, en effet, les neiges de refléter le maximum de lumière de soleil et se réchauffent outre mesure.

Pire encore, l’un des chercheurs ajoute que : « Compte tenu de la proximité du bassin amazonien par rapport aux glaciers andins tropicaux et des dimensions de la combustion de biomasse amazonienne, nous nous attendons à des taux de fonte plus importants au fur et à mesure que l’Amazonie est de plus en plus déboisée. »

Un risque majeur pour l’approvisionnement en eau de toute une population

Les eaux du glacier des Andes assurent, en effet, la survie d’environ 70.000 personnes vivant aux alentours. Ces glaciers jouent donc un rôle primordial surtout dans l’agriculture et la fourniture d’eau douce.

L’accélération de la fonte de ces glaciers ne peut qu’avoir des conséquences négatives sur les ressources en eau. Et avec le réchauffement climatique à l’échelle de la planète, les choses risquent de s’aggraver pour la forêt amazonienne qui sera plus sèche et sera plus vulnérable face aux incendies.

Selon De Magalhaes Neto : « Cela ne peut pas être considéré comme un problème régional, cela a des implications sociales à l’échelle continentale. » et même mondiale. Car au même titre que les glaciers de l’Arctique ou de l’Antarctique, la fonte des glaciers andins rajoutera une couche aux 280 milliards de tonnes de glace perdus chaque année qui contribuent à élever le niveau de la mer un peu plus.

Mots-clés amazonie